Accueil Société

Le vaccin AstraZeneca suspendu dans une dizaine de pays mais pas en Belgique

Les uns après les autres, les pays européens suspendent l'inoculation du vaccin AstraZeneca « par précaution ». En Belgique, le Conseil supérieur de la santé a décidé de suivre les recommandations de l’Agence européenne des médicaments.

Temps de lecture: 4 min

Les déconvenues s’accumulent en Europe pour le vaccin d’AstraZeneca. Ce lundi, ce sont l’Allemagne, l’Espagne, la France et l’Italie qui ont suspendu, par précaution, l’utilisation du vaccin AstraZeneca après le signalement d’effets secondaires. Mais rien n’indique un lien de cause à effet et l’emballement des autorités de santé divise les professionnels.

En Belgique, le Conseil supérieur de la santé (CSS) a maintenu lundi sa décision de poursuivre la vaccination contre le Covid-19 avec le vaccin AstraZeneca, selon une information de la RTBF confirmée à Belga par le cabinet du ministre de la Santé publique Frank Vandenbroucke. Le CSS reste aligné sur la position de l’Agence européenne des médicaments (EMA).

Réunions extraordinaires

L’Organisation mondiale de la santé, en première ligne dans la lutte internationale contre la pandémie, a annoncé qu’elle réunirait ce mardi son groupe d’experts sur la vaccination pour étudier la sécurité du vaccin AstraZeneca.«Nous ne voulons pas que les gens paniquent et, pour le moment, nous recommandons que les pays continuent de vacciner avec AstraZeneca», a déclaré Soumya Swaminathan, la cheffe scientifique de l’OMS. «Jusqu’à présent, nous n’avons pas trouvé d’association entre ces événements et le vaccin», a-t-elle ajouté.

L’Agence européenne des médicaments (EMA) a quant à elle annoncé qu’elle tiendrait une « réunion extraordinaire » jeudi, ajoutant, comme elle le répète depuis plusieurs jours, que « les avantages du vaccin l’emportent toujours sur les risques ».

Le groupe pharmaceutique anglo-suédois continue quant à lui d’affirmer qu’il n’y a « aucune preuve de risque aggravé » de caillot sanguin entraîné par son vaccin. Dans un communiqué publié dimanche, AstraZeneca soulignait que les cas de thromboses après avoir reçu son vaccin sont «similaires» à ceux de ses homologues. Ces affirmations sont appuyées par les chiffres officiels du Royaume-Uni, l’un des pays les plus avancés dans sa campagne de vaccination. Ils témoignent par ailleurs du caractère extrêmement rare des thromboses. Il y en a eu 35 sur les 9,7 millions de personnes ayant reçu une dose AstraZeneca — 0,0004% — et 24 sur les 10,7 millions de vaccinés Pfizer/BioNTech — 0,0002%. Dans chaque catégorie, il n’y a qu’un seul décès.

La Belgique ne suspend pas l’utilisation du vaccin

En Belgique, le Conseil supérieur de la santé (CSS) s’est réuni en urgence ce lundi sur demande du ministre fédéral de la Santé, Frank Vandenbroucke et du président de la taskforce vaccination, Dirk Ramaekers. La question portrait sur la poursuite ou la suspension provisoire des injections du vaccin AstraZeneca en Belgique.

Les experts consultés ont estimé « qu’il n’y a pas de preuve d’une incidence augmentée de phénomène thromboembolique lié à l’administration du vaccin d’AstraZeneca » et « que le bénéfice de son emploi dépasse les risques éventuels ». Le CSS s’alignent donc sur la position de l’EMA, en faveur de la poursuite de la campagne, tout en précisant qu’ils suivraient l’agence européenne si elle devait changer d’avis.

Précaution

En Europe, plusieurs pays ont annoncé en cascade une suspension de leur campagne de vaccination, à titre préventif. L’ Allemagne a ouvert le bal en début d’après midi. L’institut médical Paul-Ehrlich, qui conseille le gouvernement, a déclaré que « d’autres examens (sont) nécessaires ».

La France, ensuite, a décidé de « suspendre par précaution » l’utilisation du vaccin AstraZeneca en attendant un avis de l’autorité européenne du médicament, a annoncé Emmanuel Macron. Le chef de l’Etat a dit « espérer reprendre vite » la vaccination avec ce sérum « si l’avis de l’autorité européenne le permet ».

L’Italie, ui avait dans un premier temps suspendu l’ulisation de lots suspect, a décidé « à titre de précaution et de manière temporaire » d’interdire l’utilisation du vaccin AstraZeneca sur tout le territoire national.

En début de soirée, c’était au tour de l’Espagne, du Luxembourg et de la Slovénie d’annoncer une décision similaire.

En tout, ce sont une douzaine de pays ont suspendu l’utilisation du vaccin AstraZeneca depuis le 8 mars, jour où l’Autriche a lancé le mouvement après la mort d’une infirmière qui venait de recevoir une dose d’AstraZeneca. La femme de 49 ans est décédée à cause d’une mauvaise coagulation sanguine.

Vaccin AstraZeneca: une série de déboires et de critiques

Temps de lecture: 3 min

Depuis son élaboration, le vaccin de la firme anglo-suédoise AstraZeneca, mis au point par des chercheurs de l’université d’Oxford, accumule déboires et critiques.

Essais perturbés

Le 9 septembre 2020, une «pause» est annoncée dans les essais cliniques de ce vaccin élaboré à partir d’un adénovirus du chimpanzé, après l’apparition d’une maladie non expliquée chez un volontaire.Après analyses et vérifications, les essais de phase 3 réalisés sur des dizaines de milliers de volontaires au Royaume-Uni et dans d’autres pays, reprennent quelques jours plus tard.

Erreur de dosage

Dans des résultats intermédiaires, le laboratoire annonce en novembre que son vaccin est en moyenne efficace à 70% contre plus de 90% pour ceux de Pfizer-BioNTech et Moderna.

Mais son efficacité est de 90% chez les volontaires ayant reçu une demi-dose, puis une dose complète un mois plus tard. Elle n’est que de 62% chez ceux ont reçu les deux doses réglementaires.

L’injection d’une demi-dose était une erreur, ce qui suscite critiques, inquiétudes, méfiance et pousse le laboratoire à effectuer une étude supplémentaire pour vérifier les résultats.

Réticences européennes

Approuvé le 30 décembre par l’agence britannique du médicament (MHRA), ce vaccin peu coûteux, facile à stocker et à transporter, commence à être massivement utilisé en janvier au Royaume-Uni.

Au sein de l’Union européenne, il suscite plus de méfiance: l’efficacité du vaccin chez les plus de 65 ans est questionnée et plusieurs pays suspendent temporairement les injections chez les seniors avant que de nouvelles études viennent lever les incertitudes.

Une étude menée en Angleterre a notamment montré une protection entre 60% et 73% contre les formes symptomatiques chez les plus de 70 ans avec une seule dose.

Retards de livraisons

Sur le continent européen, les retards de livraison du vaccin suscitent de fortes critiques alors que l’entreprise fournit au Royaume-Uni les doses promises (Londres en a commandé au total 100 millions). La firme avoue en janvier ne pouvoir livrer au premier trimestre qu’un tiers des 120 millions de doses promises aux 27 États membres de l’UE.

La présidente de la Commission européenne Ursula von der Leyen hausse le ton, soulignant qu’AstraZeneca a livré «moins de 10%» des doses commandées entre décembre et mars. Est mis en place un mécanisme européen de contrôle des exportations de vaccins produits dans l’UE.

Première application de ce mécanisme, l’Italie annonce le 5 mars avoir bloqué l’exportation vers l’Australie de 250.000 doses de vaccin AstraZeneca, arguant d’une «pénurie persistante» et des «retards d’approvisionnement» sur son sol.

Dimanche, le géant pharmaceutique a annoncé une nouvelle réduction de ses livraisons à l’Union européenne, invoquant des restrictions d’exportations.

Allergies sévères

L’EMA annonce le 12 mars que des allergies sévères devraient être ajoutées à la liste des effets secondaires possibles du vaccin AstraZeneca après l’identification de réactions de ce type au Royaume-Uni.

Cette annonce fait suite à «l’examen de 41 rapports d’anaphylaxie (réaction allergique aiguë, NDLR) possible observés parmi environ 5 millions de vaccinations au Royaume-Uni», a expliqué l’agence basée à Amsterdam.

Caillots sanguins suspects

Après des suspensions ciblées de lots du vaccin dans certains pays, le Danemark suspend le 11 mars le vaccin à la suite de «rapports de cas graves de formation de caillots sanguins» chez des personnes vaccinées.

Depuis une douzaine de pays, dont l’Espagne, la France, l’Italie et l’Allemagne lundi, lui ont emboîté le pas par précaution, après le signalement d’effets secondaires «possibles» mais sans lien avéré à ce stade.

Le groupe pharmaceutique anglo-suédois affirme de son côté qu’il n’y a «aucune preuve de risque aggravé» de caillot sanguin entraîné par son vaccin, tandis que l’Organisation mondiale de la santé (OMS) a estimé vendredi qu’il n’y avait «pas de raison de ne pas utiliser» ce vaccin.

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

14 Commentaires

  • Posté par curto calogero, lundi 22 mars 2021, 23:06

    Les risques ne sont pas grand, puisque les centres de vaccinations, ne savent plus vacciner, plus de vaccin, il a bien calculer sont coup, Monsieur Vandenbrouck, encore un beau coup d'éclat, pour sont ego.

  • Posté par Pablos Gino, lundi 15 mars 2021, 22:38

    Il faudrait peut être vous poser une question les inconditionnels d'AstraZeneka, quel est le pays le mieux géré ,l'allemagne ou la belgique , pour moi il n'y a pas photo .Hors si ce pays suspend le vaccin c'est qu'il doit tout de même y avoir des bonnes raisons. La précipitation est mauvaise en tout ,je ne dézingue pas AstraZeneka ils ont eût le mérite de mettre au point un vaccin ,subsidié par l'UE ne l'ounlions tout de même pas, ceux qui suspendent ce vaccin n'est qu'à titre temporaire ,le temps de voir une peu s'il fait réellement courir des risques à ceux qui le reçoivent ,pour moi sages mesures .Maintenant ceux qui estiment qu'ils ne courent aucun risque allez y, mais laissez au moins aux autres le temps de voir venir.

  • Posté par ADAM Jean-Victor, lundi 15 mars 2021, 22:16

    PORTUGAL aussi: Vacina da AstraZeneca suspensa (Diario de Noticias 55481 15/03/2021)

  • Posté par cobbaert jean, lundi 15 mars 2021, 20:14

    En Belgique, quand une personne meurt et qu'elle a le covid, on dit qu'elle est morte du covid. Quand une personne meurt et qu'elle vient d'être vaccinée , on dit qu'elle n'est pas morte du vaccin !!!

  • Posté par durand Marc, lundi 15 mars 2021, 20:13

    Bravo ! enfin une bonne decision. Ce soir la Belgique se comporte comme la Suede part rapport au confinement . Cette panique des grands Etats sur 35 cas de thrombose sur 17 millions de vaccination en dit long sur la gestion de la crise depuis un an . Une accumulation d'erreurs et de comportement moutonniers

Plus de commentaires

Aussi en Société

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

Geeko Voir les articles de Geeko