Accueil Monde Europe

Un an après le début de la pandémie, Milan reste otage du coronavirus

Entre stupeur, frustration et espoir, la métropole se voit imposer un nouveau confinement strict.

Article réservé aux abonnés
Temps de lecture: 4 min

Un printemps milanais précoce raconte l’histoire d’une renaissance avortée. Un an après le début de la pandémie, la métropole lombarde, qui trépigne d’impatience de renouer avec ses rythmes du passé, se retrouve à nouveau confinée. La Lombardie, comme une grande partie du territoire national a en effet été placée en « zone rouge » ce lundi.

« Retour à la case départ ! Une année s’est écoulée depuis le premier confinement et rien n’a changé. Et ce n’est pas tant la peur du virus qui nous épuise que le manque de confiance en nos dirigeants ; au lieu de nous offrir une perspective lisible de la situation sanitaire, ils semblent encore patauger dans l’opacité, » déclare, très remontée, la designer milanaise Silvia Gavina.

Sous l’impulsion du gouvernement de Mario Draghi, la campagne vaccinale nationale a enregistré un indéniable coup d’accélérateur, mais un dédale de prescriptions et d’interdictions paralyse encore le pays.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Europe

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs