Accueil Société

Procès climat: «Les gouvernements en Belgique n’ont pas l’ambition d’agir»

Temps de lecture: 2 min

Un constat peut être posé : les émissions de gaz à effets de serre n’ont fait que croître d’année en année et les gouvernements en Belgique n’ont pas l’ambition d’agir, malgré leurs engagements », a plaidé Me Carole Billiet, avocate de l’ASBL Klimaatzaak, mardi matin, dans le « procès climat », devant le tribunal civil de Bruxelles. L’association, rejointe par 62.000 citoyens, a intenté une action contre l’Etat et les trois Régions en vue de contraindre les autorités belges à respecter leurs promesses dans le cadre de la lutte contre le réchauffement climatique.

Les avocats des demandeurs ont commencé leur plaidoirie mardi en rappelant au tribunal les causes et conséquences du réchauffement climatique, les missions du Giec (groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat) et la notion de « réchauffement climatique dangereux ».

« L’atmosphère est polluée par une présence de plusieurs gaz qui s’y accumulent, surtout du dioxyde de carbone (CO2), provoquant ce qu’on appelle l’effet de serre. Le moment de cette hausse spectaculaire, et spectaculairement rapide, de présence de CO2 dans l’atmosphère correspond à l’ère industrielle. Et il existe un lien clair entre les émissions cumulatives de CO2 dans l’air et le réchauffement climatique, qui a augmenté globalement d’un degré par rapport au début de l’ère industrielle. Si l’on veut limiter le réchauffement climatique, il faut donc limiter les émissions de CO2  », a tout d’abord rappelé Me Carole Billiet.

Le Giec, a-t-elle détaillé, a élaboré plusieurs scénarios au sujet du réchauffement climatique tel qu’il pourrait être à l’horizon 2100, le plus optimiste concluant à un réchauffement de 2 degrés Celsius et le moins optimiste concluant à un réchauffement de 4 degrés.

Dans ce « procès climat », l’asbl Klimaatzaak attaque l’Etat fédéral, la Région de Bruxelles-Capitale, la Région flamande et la Région wallonne pour violation des droits de l’homme et de l’enfant. L’association, portée par quelque 62.000 personnes qui se sont jointes à son combat judiciaire, considère que les autorités politiques belges mettent en danger les citoyens en ne respectant pas les engagements qu’elles ont pris aux niveaux européen et mondial pour ralentir les émissions de CO2 du pays.

Les demandeurs entendent obtenir du tribunal qu’il contraigne ces quatre instances politiques à agir immédiatement, en commençant par réduire les émissions de gaz à effet de serre d’au moins 42 % d’ici à 2025, sous peine d’astreintes d’un million d’euros pour chaque mois de retard pris sur l’exécution de la décision.

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

10 Commentaires

  • Posté par Andre Georges-marc, mardi 16 mars 2021, 16:06

    Nous sommes manipulés par des idiots. Les législations européennes sont dans leur ensemble les plus protectrices de l'environnement au monde et, contrairement à ce que ces mouvements racontent, chez nous, les chiffres vont dans le bon sens. Par contre, là où les problèmes se posent vraiment, c'est ailleurs comme en Asie, en Amérique latine, en Afrique, en Russie et même, pour d'autres raisons, aux Etats-Unis. La cause de tout cela, c'est la croissance démographique et la pauvreté. Comment nourrir ces populations dont la croissance est exponentielle? Comment financer la lutte contre la pollution dans des mégalopoles où plus de 90% de la population vit sous le seuil de pauvreté? Rien que pour l'Afrique, voyez des villes comme Lagos, Kinshasa, Johannesburg, Nairobi, etc... où des dizaines de millions de gens sont entassés et où, par exemple, ils cuisent leur nourriture avec des milliards de mètres cubes de charbon de bois. Les bobos écolos d'Europe se trompent de combat. Cela sert leur égo, mais cela n'apportent aucune solution aux vrais problèmes.

  • Posté par Rabozee Michel, mardi 16 mars 2021, 16:44

    Ces mouvements refusent en plus de comprendre qu'un pays n'est pas l'autre, que la Belgique, de par sa configuration géographique, n'a pas les mêmes possibilités que des pays comme la Suède, ou autre, où il y a des l'énergie géothermique, hydrologique, éolienne. Rien que de ne pas comprendre ces différences et toujours taper juste sur la Belgique déforce leur discours et montre qu'il est purement dogmatique et hors réalité. Pourquoi ne vont-ils pas aussi discourir en Chine, en Inde, aux USA... ces pays-là ont bien plus de possibilité de mettre en oeuvre des énergies alternatives et ce sont eux qui sont responsables à eux seuls à 80% des changements climatiques. Ce mouvement croient vraiment que martyriser un minuscule pays comme la Belgique va arranger les choses ? Ou choisissent-ils simplement la facilité d'avoir une tribune là où ils ne seront pas virés à coup de pied au derrière ?

  • Posté par Cornélis Michel, mardi 16 mars 2021, 16:41

    Moi je ne comprends plus rien, on veut arrêter les centrales nucléaires (pas de co2) et les remplacer par des centrales au gaz (co2 donc) Bizarre

  • Posté par Rabozee Michel, mardi 16 mars 2021, 15:37

    Ben si, ils arrêtent les centrales nucléaires avant d'avoir des alternatives crédibles (à part acheter à l'étranger à des prix bien hauts de l'énergie faite avec au mieux du nucléaire, au pire du charbon)... M.. ça va avoir l'effet inverse :-)

  • Posté par Rabozee Michel, mardi 16 mars 2021, 18:00

    @G Jean Luc: ça c'est normal; une ressource comme l'éolien est par définition intermittent et lié aux conditions météorologiques. Sa force est qu'elle peut être mise en sommeil facilement aussi pour répondre à une baisse des besoins (quoique on doive plutôt les mettre en sommeil car les éoliennes supportent mal certains vents violents :-) ). L'avantage du nucléaire, c'est sa production constante et stable (et peu polluante). Son désavantage est qu'un réacteur est lent à arrêter - ou redémarrer - et donc, en cas de surproduction, c'est moins souple... (mais la surproduction est plutôt rare :-) ). Pour ce qui est de la pollution, il y a les déchets nucléaires, c'est vrai, mais on pourrait parler des déchets éoliens: les pales qu'on doit découper et enfouir car elles sont non recyclables mais n'ont qu'une durée de vie d'une dizaine d'années... On en parle peu, de ça...

Plus de commentaires

Aussi en Société

Entretien Ovidie: «Le porno est devenu la vraie vie»

L’ex-actrice porno décortique sur tous les fronts médiatiques l’influence de l’industrie pornographique. Penseuse du rapport au corps et des sexualités, elle s’adresse aux adolescentes dans « Tu n’es pas obligée… » pour decrypter les injonctions qu’elles subissent à propos de leur apparence et de leur sexualité.

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

Geeko Voir les articles de Geeko