Accueil

Le variant anglais persiste et signe

Article réservé aux abonnés
Temps de lecture: 1 min

On l’appelle communément « le variant anglais ». Les scientifiques, eux, lui préfèrent le joli nom de « B117 », né d’une mutation du covid de base un jour d’octobre 2020 au Royaume-Uni. Joli nom mais gros dégâts. Selon une étude parue cette semaine dans la publication scientifique Nature, il pourrait présenter un risque de mortalité à 28 jours 61 % plus élevé que le virus original qui l’a engendré.

En croisant ce risque avec l’âge du patient, les chercheurs constatent que les sujets de 70 à 84 ans infectés par le B117 présentent une mortalité supérieure à celle des sujets infectés par l’original : 4,4 % pour les femmes (+ 1,5 %) et 7,2 % pour les hommes (+2,5 %). Un risque qui augmente encore chez les patients plus âgés.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs