Accueil Société

Mort de Lamine Bangoura: pas de renvoi en correctionnelle pour les 8 policiers

La chambre des mises en accusation de Gand a prononcé un non-lieu au bénéfice de l’ensemble des policiers, estimant qu’un débat au fond n’apporterait pas d’autre éclairage à cette affaire.

Article réservé aux abonnés
Temps de lecture: 4 min

Il y avait un renfort de sécurité, ce mardi matin devant la chambre des mises en accusation de Gand, qui devait se prononcer sur l’affaire Lamine Bangoura, du nom d’un citoyen belgo-guinéen décédé le 7 mai 2018 lors de l’expulsion de son logement situé à Roulers (Flandre-Occidentale). Six policiers et deux policières risquaient un renvoi devant le tribunal correctionnel pour coups et blessures volontaires ayant entraîné la mort sans intention de la donner et/ou homicide involontaire par défaut de précaution, ainsi que pour non-assistance à personne en danger. Dans un arrêt d’une vingtaine de pages, la chambre des mises en accusation a prononcé un non-lieu au bénéfice de l’ensemble des policiers, estimant donc qu’un débat au fond n’apporterait pas d’autre éclairage à cette affaire. Les policiers venus sécuriser le palais pour le prononcé de cet arrêt n’étaient pas nécessaires : seuls étaient présents la famille brisée et quelques proches.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

1 Commentaire

  • Posté par Druide David, mardi 16 mars 2021, 23:11

    Sacré Deswaef, toujours aussi mauvais....

Aussi en Société

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs