Accueil Sports Autres sports

L’enveloppe wallonne de 22 millions d’euros pour les clubs sportifs sera une subvention

Cette enveloppe ne sera pas un prêt, ont précisé les ministres régionaux Christophe Collignon et Jean-Luc Crucke.

Temps de lecture: 2 min

L’enveloppe de 22 millions d’euros pour les clubs sportifs wallons n’est pas un prêt mais un subside, conditionné au fait que les clubs s’engagent à ne pas augmenter leurs cotisations et que les communes bénéficiaires ne revoient pas les loyers à la hausse quand elles sont propriétaires des infrastructures sportives, ont précisé les ministres régionaux Christophe Collignon (Pouvoirs locaux) et Jean-Luc Crucke (Infrastructures sportives), interrogés mercredi, en séance plénière du parlement wallon, par les députés René Collin (cdH) et Eddy Fontaine (PS).

Mardi, les autorités régionales ont annoncé se préparer à débloquer une enveloppe globale de 22 millions d’euros à destination des communes afin de pérenniser l’activité des clubs sportifs wallons, confrontés aux conséquences de la crise sanitaire.

« La Wallonie a fait le choix de prendre ses responsabilités », a souligné le ministre Collignon alors que René Collin se félicitait que le gouvernement se soit finalement rangé derrière la proposition qu’il avait formulée à la mi-février.

Dans une lettre ouverte aux ministres Crucke et Glatigny, en charge des Sports en Fédération Wallonie-Bruxelles (FWB), le député humaniste proposait en effet que la Région aide les clubs situés sur son territoire par l’intermédiaire des communes. « Il peut y avoir une coopération financière entre la Région et la FWB. La Région pourrait également subsidier les communes qui aideraient à leur tour les clubs sportifs situés sur leur territoire », écrivait-il après que les aides directes aux clubs sportifs envisagées par Jean-Luc Crucke eurent été recalées par l’inspection des Finances.

« Cette fois, nous avons reçu un avis favorable », a assuré le ministre des Infrastructures sportives. « Quant aux accords de coopération que vous suggériez, nous ne sommes pas adeptes des tripotages institutionnels », a-t-il ajouté à l’attention de René Collin.

« Nous avons appris une leçon. Nous devrons nous en souvenir quand on réorganisera les compétences intra-francophones. Il me semble que cette manière pourrait être bien gérée de Namur », a de son côté estimé Christophe Collignon.

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

1 Commentaire

Aussi en Autres sports

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

SoSoir Voir les articles de SoSoir VacancesWeb Voir les articles de VacancesWeb