Accueil Belgique

Philippe Destatte: «Pour une Belgique à quatre, un grand deal Nord-Sud»

Le patron de l’Institut Destrée croit à la possibilité d’entreprendre une maxi-réforme de l’Etat dans les prochaines années, vers une Belgique composée de quatre entités. Exit la Communauté française. Et la Flandre transfère sa capitale…

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Politique Temps de lecture: 3 min

Eux y croient… En route vers « une Belgique composée de quatre entités équipollentes : la Flandre, la Wallonie, Bruxelles et l’OstBelgien », pour « une simplification du schéma institutionnel actuel, largement inefficace et incompréhensible pour beaucoup trop de citoyens ».

Signé Jacques Brassinne de La Buissière, politologue, militant wallon, ancien chef de Cabinet de Jean Gol, et président de l’Institut Jules Destrée, qui préface ainsi l’ouvrage Le confédéralisme, spectre institutionnel, publié par Philippe Destatte, le directeur général du centre de recherche et d’histoire logé à Namur, trésor d’archives wallonnes, incontournable « think tank » politico-institutionnel. Or donc, entre la volonté d’en finir avec une Belgique fédérale un peu de papa et trop usine à gaz, et l’intuition d’une septième réforme de l’Etat (la sixième remonte à fin 2011, sous Elio Di Rupo), Philippe Destatte propose et bouscule.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Belgique

Entretien Ludivine Dedonder: «Il faut continuer à armer l’Ukraine, car pour la diplomatie, il faut être deux»

La ministre de la Défense prend part cette semaine à une nouvelle réunion de l’Otan, à Madrid. La Belgique consacrera bien 2 % de son PIB à la Défense à terme. Sans éluder l’option diplomatique, Ludivine Dedonder plaide pour le maintien, voire le renforcement, de l’aide militaire à l’Ukraine. La même attire l’attention par ailleurs sur « la montée de la présence russe en Afrique ».

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs