Accueil Sports Football Football belge Anderlecht

Kompany: «Je ne crois pas que ce sera le dernier match de Deschacht à Anderlecht»

A l’occasion de sa conférence de presse pour préfacer la venue de Zulte Waregem ce dimanche au Lotto Park (18h15), Vincent Kompany a notamment insisté sur la nécessité de se nourrir de la déception de dimanche passé contre Genk pour rebondir et accrocher ce top 4. Au passage, il n’a pas levé le point d’interrogation autour de la présence de Cobbaut, victime d’un coup direct.

Temps de lecture: 4 min

En cohérence avec son discours depuis qu’il a endossé le rôle de T1 au Sporting, Vincent Kompany ne veut pas donner une dimension exagérée l’avant-dernier rendez-vous à domicile de la phase classique pour les Mauves avant une fin de programme corsée. « Un rendez-vous à la vie, à la mort ce dimanche ? En fait, je pense que c’est le cas depuis 11 matches. Je ne peux pas prédire ce qui va se passer dans les quatre dernières rencontres. On joue à la maison, face à une équipe de Zulte qui est bien aussi. L’aspect principal est de gagner pour mettre le plus de chances de notre côté en allant de l’avant, en jouant offensif. On a déjà connu tous les scénarios à la maison où on essaye de faire la différence face à ce genre d’équipes et, historiquement, nous avons connu des difficultés. Il faudra encore être concentré sur cet aspect. Symbole de cette saison, Zulte Waregem a connu des moments difficiles mais a connu calme qui lui a permis de rebondir. Des joueurs sont aussi parvenus à faire la différence au bon moment. »

Dans la course à l’Europe, Anderlecht a perdu un énorme atout dimanche passé face au Racing Genk. « Nous sommes déjà vendredi et le prochain match est là. La déception était lourde après un match important de la saison. Je l’ai dit à mes joueurs, c’est le genre de sentiment que j’ai envie d’exploiter. Je n’ai qu’un seul objectif : atteindre les Playoffs pour rejouer à nouveau contre Genk, cette équipe qui nous a battues ce jour-là. Il n’y a rien de personnel envers eux, c’est ma mentalité : vouloir aller récupérer ce qu’on a perdu… même si on ne reprendra pas cette Coupe cette saison. Je veux que cela serve de motivation. C’est étrange à dire mais on apprend plus de ce type de moment qu’une d’une victoire sans bien jouer, qui te laisse un sentiment un peu intermédiaire. »

Outre les blessés connus comme Delcroix ou Van Crombrugge, il n’a pas caché quelques incertitudes dans ce noyau. « Il y a des petits bobos. Par exemple, on risque de devoir attendre jusqu’à la dernière minute – ou en tout cas pas avant demain – pour Cobbaut (coup direct). Il y a aussi un malade, à vous de le découvrir (rires). »

La question du statut d’Adrien Trebel est aussi revenue dans la conversation. « Au sein du noyau, je ne réfléchis pas en termes de titulaires et de non-titulaires. Chacun reçoit sa chance, j’essaye de donner la possibilité aux joueurs de s’exprimer. et c’est aux joueurs d’apporter sur le terrain les réponses. Adrien est fit parce qu’il est toujours nécessaire d’un petit temps entre le moment où tu reviens dans le groupe et quand tu es à 100 %. C’est à moi de trancher quand j’ai plusieurs solutions pour composer mon équipe. Par rapport à d’autres équipes, Adri est aussi un des rares qui a cet élément d’expérience. Malgré un mercato d’hiver sans argent, grâce au scouting, nous sommes parvenus à constituer un noyau avec de multiples solutions et nous voulons prouver qu’il ne faut pas nécessairement avoir les moyens de Bruges pour être performants. En tant que coach, je veux tenter de conserver ce qui marche (par exemple, nous avons la deuxième meilleure défense avec une équipe jeune) et d’y apporter cet aspect offensif. »

Niveau expérience, Zulte Waregem en a à revendre notamment avec Olivier Deschacht, qui ne sait pas encore s’il va poursuivre sa carrière. « Je n’ai certainement pas de conseils à lui donner et je ne crois pas une seule seconde à ce que j’entends à ce sujet (rires). Il réalise une bonne saison, a sa place en D1, est fit. C’est un sportif jusqu’au bout des pieds : pourquoi cela changerait ? On le verra encore à Anderlecht la saison prochaine. »

S’il ne connaissait pas encore la sélection au moment de s’exprimer (Sambi Lokonga appelé, Verschaeren rappelé), Vincent Kompany a été interrogé sur le cas des autres internationaux. « Je comprends l’importance des rencontres pour les joueurs concernés. Ancien joueur jusqu’il y a peu, je ne vais certainement pas donner soudainement un genre d’avis négatif à ce sujet. Pour l’instant, la sécurité de chaque joueur est primordiale et là se trouvera la priorité. »

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Anderlecht

Anderlecht: et maintenant, un noyau à reconstruire...

Bruges a pu fêter son titre et honorer Simon Mignolet et Ruud Vormer. Anderlecht, lui, n’a pas perdu face au champion. Voici les leçons d’un Topper de fin de saison. Pour le futur, cela semble de plus en plus flou au Sporting bruxellois.

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

SoSoir Voir les articles de SoSoir VacancesWeb Voir les articles de VacancesWeb