Accueil Société

Attentats de Bruxelles: comment l’Ocam a vu évoluer la menace terroriste depuis 2016

La menace a diminué en même temps que Daesh a perdu son territoire et son aura. Le nombre de terroristes suivis par l’Ocam aussi. Le plus grand danger aujourd’hui : le passage à l’action d’individus isolés.

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Société Temps de lecture: 3 min

Cinq ans se sont écoulés depuis les attentats de Bruxelles. Cinq années au cours desquelles la menace terroriste a diminué en Belgique avec la fin du territoire occupé par le groupe Etat islamique en Syrie et en Irak. Mais la menace a aussi muté. Aux premières loges pour observer, analyser et décrire cette évolution : l’Ocam. L’Organe de coordination pour l’analyse de la menace est aujourd’hui dirigé ad interim par Gert Vercauteren. Si M. Vercauteren parle pour la première fois en son nom, il était déjà là comme adjoint de Paul Van Tigchelt, l’ancien directeur de l’Ocam, en 2016. L’homme est bien placé pour faire un bilan.

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

1 Commentaire

  • Posté par Jean Luc, dimanche 21 mars 2021, 14:37

    "Le nombre de combattants terroristes à l’étranger ... environ 500 aujourd’hui." - Qu'attend-on pour leur mettre une balle dans la tête ???

Aussi en Société

Prisons: un rapport pointe la dureté des cachots belges

Dans une étude fouillée, le Conseil central de surveillance pénitentiaire décrit les cellules de punition au sein des établissements pénitentiaires. Certaines sont loin des balises édictées par l’arrêté royal de 2019.

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs