Accueil Opinions Cartes blanches

«Procès de la solidarité et de la migration: non à l’instrumentalisation politique de la justice»

Dans une carte blanche, un vaste collectif de signataires dénonce l’acharnement judiciaire dont font l’objet selon eux plusieurs citoyens et un résident belges qui ont aidé des migrants

Article réservé aux abonnés
Temps de lecture: 9 min

En vertu de la Déclaration universelle des droits de l’Homme et de la Convention de Genève relative au statut des réfugiés, dont l’Etat belge est signataire, migrer est un droit et nos gouvernements se trouvent dans l’obligation de protéger les migrant·e·s. Cependant, la réalité est tout autre.

Le procès de la solidarité, un procès symbolique

Les 23 et 24 mars 2021 aura notamment lieu le procès en appel de Alaa, Anouk, Hassan, Hussein, Mahmoud, Mohammad, Mustapha, Myriam, Walid, Youssef et Zakia, onze personnes poursuivies depuis 2017 pour « trafic d’êtres humains et participation à une organisation criminelle ».

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

2 Commentaires

  • Posté par Raurif Michel, samedi 27 mars 2021, 16:30

    Tous ses soi-disant réfugiés, dehors et çà le plus vite possible !! Juste la rascaille que les autres pays ne veulent pas !!!

  • Posté par BRASSEUR ERIC, samedi 20 mars 2021, 16:53

    Je zappe systématiquement tous les message utilisant l'écriture inclusive avec point médian.

Aussi en Cartes blanches

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs