Accueil Société

Vie privée: l’étrange parcours de vos données de santé

Vous pensiez que vos données médicales vous attendaient tranquillement à l’hôpital. En réalité, elles transitent par une filiale d’un conglomérat américain, sont stockées en Allemagne et traitées en Russie. Ce qui n’est pas sans risque pour votre vie privée. Une enquête menée par « Le Soir » et le magazine « Médor ».

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Economie Temps de lecture: 9 min

Depuis plusieurs années, vos données d’hospitalisation s’échappent en Russie. C’est là-bas que les bureaux d’un sous-traitant de la société 3M sont installés. Un transfert d’informations sensibles – des données de santé, entre autres – qui n’est actuellement pas organisé en respectant l’ensemble des garanties essentielles prévues par le RGPD (règlement général sur la protection des données, NDLR).

En cause ? Des contrats « passoires » d’un point de vue vie privée passés entre 3M Belgium et des hôpitaux du pays, qui portent sur la fourniture d’un logiciel informatique, dont les prestataires de soins de santé peuvent difficilement se passer. Le Soir et Médor ont pu les consulter.

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

45 Commentaires

  • Posté par Vitov Alexandr, mercredi 24 mars 2021, 11:12

    Et donc, pour résumer le sort de certains (maintenant) citoyen Belges: ils ont fui la Russie pour des raisons politiques et ces organismes Belges communiquent leurs données indirectement aux services secrets Russes? Et ce que quelqu'un se rend compte de la gravité?!

  • Posté par Miguel Roch, mardi 23 mars 2021, 15:03

    Les données traitées par 3M n'incluent JAMAIS l'identité du patient. Seulement un numéro de patient et de séjour anonymisés, un indicateur d'âge, la durée du séjour et le trajet-patient dans chaque unité de soins ainsi que les procédures et diagnostics liés, par US et par jour. Ces données servent à calculer la moyenne nationale et le grouper, très utiles pour la gestion de l'hôpital et indispensables au résumé hospitalier qui sert au partage de l'enveloppe budgétaire. Il existe d'autres systèmes de partages de données médicales (toujours anonymisées), entre organisations utilisant les mêmes outils de gestion du dossier électronique. Ces données servent à la recherche médicale; il est donc essentiel, pour un chercheur ou médecin, d'avoir accès à la plus grande base d'informations et au meilleur outil d'analyse. Les plus grands hôpitaux académiques utilisent un même système (développé par la meilleure entreprise américaine d'informatique de santé) qui donne accès aux données de 50 millions de patients dans le monde, avec des outils BI permettant de faire de l'analyse prévisionnelle (par exemple, déterminer quels sont les patients risquant le plus de devoir être réadmis). En plus de données purement médicales et infirmières, on peut sélectionner les patients par zone géographique, par race*, sur base d'indicateurs socio-économiques* (* certains pays uniquement).

  • Posté par Moreau Michel, lundi 22 mars 2021, 23:19

    Superbe travail Mme Cloot, merci ! On touche ici du doigt les dérives de la mondialisation du marché des données. Comme l'a déjà dit Paul Martin ci-dessous, continuez à creuser !

  • Posté par schlebe x, lundi 22 mars 2021, 21:07

    Et que fait l'ordre des médecins pour protéger les données personnelles des médecins qu'utilise le gouvernement pour punir les médecins qui ne sont pas dans la moyenne. Dans cet article, on ne parle que de la protection des données des patients mais certaines données concernent également les médecins et ceux qui utilisent ces données en abusent pour réduire l'efficacité des soins de santé ! Il serait vraiment temps que Mathieu Michel prenne ses responsabilités ... en démissionnant le plus rapidement possible.

  • Posté par GILLAIN Léon, lundi 22 mars 2021, 14:49

    Monsieur le Redac-Chef, votre journaliste commence par signaler "qu'aux Etats unis comme en Russie le niveau de protection n'est pas le même qu'en Europe"; puis elle poursuit: "parmi les complications possible les services secrets russes pourraient contraindre Smart Analytic...! Mais bien évidement, ni la CIA ni la NSA américaines ne sont susceptibles de la même "pression"sur 3M ! Quant aux données "entreprise", leur fuite concentrée aux Usa par CISCO ne semble déranger personne ! TOUJOURS CE PREJUGE NEGATIF SUR LA RUSSIE ET POSITIF SUR LES USA !!!

Plus de commentaires

Aussi en Société

Vrai ou faux: les chiffres de Sciensano sont-ils pollués par des patients qui ne sont pas malades du covid?

Plutôt vrai. Si les admissions à l’hôpital ne recensent que des patients qui souffrent du covid, le nombre total de lits occupés dans les unités covid des hôpitaux belges inclut une partie de malades positifs au virus, mais admis pour une autre raison. Un phénomène que Sciensano ne peut pas chiffrer, mais qui n’est pas anecdotique vu la forte circulation d’omicron en ce moment.

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs