Accueil Société

Attentats de Bruxelles: pour Karen, «la reconstruction, c’est à vie»

Trois ans et demi à l’hôpital, une soixantaine d’opérations. Karen Northshield est une blessée de guerre. Et se considère, à juste titre, comme une battante. Son combat n’aura, elle le sait, jamais de fin.

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Société Temps de lecture: 4 min

Je suis une victime, comme d’autres victimes de cet attentat ; je suis une miraculée, parce que j’aurais dû mourir sous le souffle de la bombe. Mais mon chemin ne s’arrête pas à cela. J’ai dû mener un combat à la fois, ça a duré trois ans et demi pour la reconstruction à l’hôpital, ce qui fait de moi une battante. Je suis une battante. » Karen Northshield a inspiré de nombreux Belges par son combat, elle qui a été très grièvement blessée dans l’attentat de Zaventem. Elle publie aujourd’hui Dans le souffle de la bombe

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Société

Voir plus d'articles
La Une Le fil info Commentaires Partager

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs