Accueil Société Enseignement

Nouvelles mesures pour les écoles: des classes peuvent être fermées dans certains cas

Plutôt que des mesures générales, les trois ministres de l’Education ont proposé d’agir plus énergiquement là où les risques de contaminations sont importants.

Temps de lecture: 2 min

Réfectoires fermés, récréations séparées, cours de gym exclusivement en extérieur. Les ministres de l’Éducation des trois Communautés ont convenu d’un resserrement des mesures sanitaires dans les écoles à partir de mercredi prochain, après la demande en ce sens formulée vendredi par le Comité de concertation (Codeco).

Plutôt que des mesures générales, les trois ministres proposent d’agir plus énergiquement là où les risques sont les plus grands. Ainsi, dans les communes du pays où le virus est identifié comme en forte progression, une classe sera dorénavant fermée jusqu’à Pâques dès qu’un seul cas positif y sera décelé.

La bonne aération des locaux fera l’objet d’une nouvelle campagne d’information dans les écoles. Dans la mesure du possible, les récréations seront organisées de manière séparée, toutes les activités devant être menées dans une même bulle-classe.

Les réfectoires seront fermés. Les enfants mangeront en classe ou en extérieur. Les cours de gym seront eux aussi organisés en plein air.

Par ailleurs, les ministres demandent aux parents de veiller à ce que leurs enfants ne se rendent plus à l’école en transport en commun, mais en voiture, à vélo ou à pied pour éviter tout contact rapproché dans les bus, trains ou trams. Toutes les visites de personnes extérieures aux écoles sont par ailleurs interdites. Enfin, les réunions d’enseignants devront se faire à distance.

Tous à l’école après Pâques

L’ensemble de ces mesures seront d’application à partir de ce mercredi 24 mars jusqu’aux vacances de Pâques. L’objectif reste d’assurer une rentrée pour tous les élèves en présentiel à 100% dès la rentrée de Pâques, ont assuré en chœur les trois ministres.

Ces mesures interviennent après la demande de mesures complémentaires dans les écoles formulée vendredi par le Comité de concertation.

«Cette demande du Comité de concertation nous a surpris», a commenté dimanche le ministre flamand Ben Weyts. «Toutes les études ont montré que l’école n’est pas un foyer de l’épidémie. Plutôt que de demander ce que l’école peut faire vous (le Codeco), vous feriez mieux de vous demander ce que vous pouvez faire pour l’école», a attaqué M. Weyts.

Pour les trois ministres, il serait en effet plus utile que le fédéral pense à vacciner les enseignants en priorité s’il veut endiguer les contaminations dans les écoles, et fournir des autotests rapides dans les établissements.

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

4 Commentaires

  • Posté par Vilain Pierre, lundi 22 mars 2021, 12:30

    Une fois de plus, pas un mot sur le cas spécifique des internats, qui cumulent pourtant un maximum de risques: élèves provenant de nombreuses écoles différentes, donc pas de possibilité d'installer une "bulle" limitée comme pour une classe; "ramassage" de tous ces élèves par un car, alors qu'on préconise d'éviter aux enfants de prendre les transports en commun pour se rendre à l'école; vie en communauté dans l'internat, en particulier pour les repas du soir et du matin (un réfectoire commun pour tous, avec peu de possibilités d'instaurer une distanciation efficace) et les nuits passées dans des dortoirs partagés (avec douches et sanitaires partagés également) . Et que dire des éducateurs qui sont en contact avec tous ces enfants? Rien que la problématique du réfectoire devrait entrainer la fermeture des internats, puisque dans les écoles, les enfants ne peuvent plus s'y rendre (repas dans leur classe ou à l'extérieur, et que cela est évidemment dans un internat). On peut même dire que c'est un miracle si la Covid ne s'est pas déclarée dans tous les internats.

  • Posté par Roussel Olivier, lundi 22 mars 2021, 12:08

    "toutes les études ont montré que l'école n'est pas un foyer de l'épidémie" vs "... pense à vacciner les enseignants en priorité s'il veut endiguer les contaminations dans les écoles", n'y aurait-il pas une petite contradiction entre ces deux phrases ?

Plus de commentaires
Sur le même sujet

Aussi en Enseignement

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs