Les éoliennes pourraient être arrêtées un week-end sur 4 durant l’été

Les éoliennes pourraient être arrêtées un week-end sur 4 durant l’été
Photo News

La combinaison de la production des centrales nucléaires pleinement opérationnelles et de la production croissante des énergies renouvelables (éolien et solaire) pourrait mener à l’arrêt, durant l’été, des éoliennes un week-end sur quatre. Pour la ministre de l’Energie, Tinne Van der Straeten cela démontre qu’il faut une flexibilité supplémentaire sur le marché de l’énergie.

Le 11 mars, un jour où il y a eu beaucoup de rendement éolien, la firme énergétique Eneco a dû ralentir un parc éolien en mer. Une offre excédentaire d’électricité provenant des centrales nucléaires et des éoliennes, associée à des problèmes informatiques – qui ont rendu la capacité d’exportation de la Belgique très limitée- a conduit à des prix de l’électricité négatifs.

En commission de la Chambre énergie, la ministre a prévenu que de telles situations risquaient de se reproduire dans le futur. Elle a notamment pris en compte une étude du gestionnaire du réseau haute tension Elia. Entre mai et août, il y a un risque accru de situations avec une offre trop importante d’électricité et une demande plus faible et de moins d’opportunités d’exportation. Cette menace pèse un week-end sur quatre, selon le rapport d’Elia.

Elia souligne la demande limitée en électricité lors des week-ends d’été, la capacité croissante des énergies renouvelables (éolienne et solaire), les centrales nucléaires pleinement opérationnelles et la maintenance prévue de la centrale hydroélectrique de Coo. Le barrage joue normalement un rôle important pour le stockage de l’électricité.

Selon la ministre de l’Énergie, il y aura, durant l’été, des jours sur le marché de l’énergie belge avec des excédents importants et des prix négatifs en conséquence, ce qui pourra conduire à une réduction des capacités. Cette réduction pourrait se faire en modulant les centrales nucléaires (ce qui n’est pas toujours possible, ndlr) et en arrêtant les éoliennes et les centrales thermiques. « Ce qui constitue aujourd’hui une exception deviendra de plus en plus courant », a déclaré le ministre. « Cela démontre surtout la nécessité d’une plus grande flexibilité », a déclaré le ministre écologiste.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous