Accueil Société

Emmanuel André et Marius Gilbert au «Soir»: «On perd la course contre le virus. Il faut gagner du temps»

Alors que l’ombre d’un nouveau confinement strict plane à nouveau sur la Belgique, les deux chercheurs analysent les causes de la troisième vague qui secoue le pays. Refermer pour mieux rouvrir après Pâques leur semble être la bonne solution.

Article réservé aux abonnés
Temps de lecture: 2 min

C’était il y a six mois. Le 3 octobre 2020, pour être précis. L’épidémiologiste Marius Gilbert (ULB) et le microbiologiste Emmanuel André (KULeuven) avaient accepté de répondre, en duo et en présentiel, aux questions du Soir. Deux heures d’entretien sur leur subite notoriété acquise sur le front de la pire pandémie depuis la Seconde Guerre mondiale. En toile de fond, déjà, la perspective d’une seconde vague du coronavirus en Belgique. Les deux chercheurs pointaient à l’époque de nombreux « signaux d’inquiétude » et regrettaient que le gouvernement Wilmès, sur le départ, ait, en quelque sorte, « laissé tomber les experts ». On connaît la suite et on ne peut s’empêcher de soupirer à l’idée de penser qu’il va peut-être falloir tout recommencer, tout refermer, une troisième fois.

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

93 Commentaires

  • Posté par Otte Gérard, jeudi 25 mars 2021, 0:44

    Ce virus à variants imprévisibles est pernicieux et se joue des modèles mathématiques à scénarios multiples mais incomplètement paramétrés. Les projections obtenues à partir de ces modèles caduques se révèlent illusoires. Le pragmatisme à court terme s'impose, hélas, nous n'avons plus le choix...

  • Posté par Lambert Guy, mercredi 24 mars 2021, 19:51

    Le vrai problème, tout le monde le connait et on sait même comment le résoudre mais notre économie capitaliste faussement libérale refuse de le régler. Le problème? Le manque de rapidité dans la vaccination qui n'est pas contrairement à ce que certains en disent un défaut d'organisation des centres ou d'un manque de volonté politique mais une incapacité des firmes pharmaceutiques à fournir les vaccins et même sont incapables de respecter leurs engagements. La solution? Rendre dans le domaine public les formules des vaccins (pour lesquels des milliards d'argent public ont été donnés aux firmes pharmaceutiques). Si ces formules sont dans le domaine public, ne vous tracassez pas: de nombreux investisseurs se chargeront de créer au plus vite des dizaines de lieux de production. Si on n'avait fait cela depuis plusieurs mois, on croulerait sous les vaccins. Curieusement, le libéralisme ne s'applique pas dans ce cas. Les sociétés pharmaceutiques ont pris le pouvoir sur la santé de l'humanité (et les contrats signés par nos gouvernements ne font que le confirmer).

  • Posté par Moriaux Raymond, mercredi 24 mars 2021, 12:45

    Où et comment les personnes hospitalisées ont elles été contaminées ? Question très intéressante s'il en est mais hélas souvent sans réponse vu la multiplicité des possibilités et l'impuissance des systèmes de traçage, aussi performants soient-ils, à reconstituer tous ces parcours avec toute la précision qu'il faudrait, en particulier quand le nombre de nouveaux cas explose. Au point qu'on peut s'interroger sur la pertinence d'une politique de tracing dans ces circonstances où nous nous trouvons aux limites de l'efficacité d'une tentative de remonter à toutes les sources de la contamination... Le testing systématique autour des malades, en revanche, me paraît beaucoup plus contributif dans une optique de diminution des contacts par l'identification des clusters et l'isolement des contaminés, malades ou non. Je dis ça et je ne dis rien ...

  • Posté par Rock José, mercredi 24 mars 2021, 12:26

    Comme un arbre malade et condamné. On coupe une branche, puis on attend, puis on voit que ça ne va pas mieux, on coupe une autre branche, ça ne va pas mieux, et ainsi de suite. Une solution, pour préserver la forêt, c'est de l'abattre carrément, et toute la forêt est sauvée..... Mais ça, c'est dans les contes de fées ...

  • Posté par Eric PEPIN, mercredi 24 mars 2021, 11:38

    Un regard clair et lucide. "L'effort doit être collectif et synchronisé ".

Plus de commentaires

Aussi en Société

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs