Planète

L’éléphant de forêt d’Afrique classé en «danger critique d’extinction»

Les nouvelles ne sont pas bonnes pour l’éléphant d’Afrique. Ce jeudi, l’Union internationale pour la conservation de la nature (UICN), gardienne des « listes rouges » des espèces menacées, a dégradé la cote du pachyderme. L’espèce des forêts passe de la catégorie « vulnérable » à celle des espèces « en danger critique d’extinction ». L’éléphant des savanes est quant à lui considéré comme « en danger » d’extinction.

Selon les experts, les populations d’éléphants d’Afrique, présentes dans les forêts tropicales d’Afrique centrale et d’Afrique de l’Ouest, ont baissé de plus de 86 % au cours de 31 dernières années. Celles d’éléphants des savanes qui préfèrent les prairies et les déserts de l’Afrique subsaharienne ont chuté de 60 % au cours des 50 dernières années. Traqué pour son ivoire, l’animal est victime du braconnage et de la destruction de son habitat causée par l’extension des terres agricoles. Le braconnage a connu un pic entre 2008 et 2011. En 2016, les deux espèces ne totalisaient plus que 415.000 individus, estiment les experts de l’UICN. Selon l’organisation, des efforts dans la lutte contre le braconnage et la conservation des espaces naturels peuvent cependant porter leurs fruits. Au Gabon et en république du Congo-Brazzaville, des populations ont pu se stabiliser. « Nous devons travailler ensemble pour que leur exemple puisse être suivi », insiste Bruno Oberle, directeur général de l’UICN. La liste rouge de l’Union pour la conservation de la nature comporte actuellement 134.425 espèces parmi lesquelles 37.480 sont menacées d’extinction – un mammifère sur quatre, quatre amphibiens sur dix, 36 % des raies et requins.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous