Alexander De Croo: «La pandémie a changé de visage à cause des variants»

POLITICS CHAMBER PLENARY SESSION
Belga

La pandémie a changé de visage à cause des variants à la fois plus contagieux et plus virulents », a déclaré jeudi Alexander De Croo. Le Premier ministre a justifié à la Chambre les mesures prises la veille avec les entités fédérées lors du Comité de concertation. Il a également appelé à la solidarité entre les différents partenaires, alors que des voix discordantes se sont fait entendre au sein même de sa majorité, singulièrement au MR.

« Quand la situation change, vous devez revoir vos plans et je n’ai pas de honte à le dire : si la situation a fondamentalement changé, je n’hésite pas à corriger les plans », a-t-il déclaré lors d’une séance avancée d’une heure afin de lui permettre de participer ensuite au sommet européen. « Et c’est cela que la population attend de notre part. »

Face aux critiques, le Premier ministre libéral Alexander De Croo a confirmé que l’ensemble des mesures avaient été validées mercredi par tous les ministres-présidents. « Je tiens aussi à respecter les accords, à défendre le résultat de cette concertation. C’est la seule façon d’aller de l’avant », a conclu le Premier ministre.

L’opposition est revenue sur les propos divergents entendus au sein de la majorité. « Ce n’est plus un comité de concertation, mais un comité de contestation », a lancé Catherine Fonck (CDH). « Y aurait-il deux MR, l’un qui siège au Comité de concertation et l’autre qui gère les comptes Twitter ? », s’est ironiquement interrogé François De Smet (Défi). « Allez, prenez votre micro et dites “on a losé”  », a exhorté Raoul Hedebouw (PTB).

Les députés de la majorité ont défendu le travail du Comité de concertation mais avec des accents différents.

Le chef de groupe des libéraux francophones, Benoît Piedboeuf, a d’emblée évoqué « une gestion erratique » de la pandémie, précisant toutefois son propos dans sa réplique. « Nous sommes dans un apprentissage par essais et erreurs et on fait ce qu’on peut parce qu’on n’a pas la science infuse. »

« J’en ai marre de ces jeux politiciens, marre de ces cavaliers fous », a de son côté lancé Hervé Rigot (PS).

Sur le même sujet
Chef de l'ÉtatPS
 
 
À la Une du Soir.be
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous