Accueil Culture Livres

«Happy Family»: les histoires quotidiennes et puissantes de Kathleen Collins

Voici les nouvelles de Kathleen Collins non encore parues en français. Après « Journal d’une femme noire », ce « Happy Family » accentue le regard libre et ironique d’une intellectuelle noire des années 70 et 80.

Article réservé aux abonnés
Responsable des "Livres du Soir" Temps de lecture: 3 min

Elle était une inconnue chez nous, Kathleen Collins, jusqu’à l’année passée. Quand les Editions du Portrait décident de traduire des textes de fiction et de non-fiction, réunis sous le titre de Journal d’une femme noire. Comment cette écrivaine, journaliste, réalisatrice de ce talent avait-elle pu passer inaperçue en Europe comme d’ailleurs aux Etats-Unis, alors qu’elle est morte d’un cancer du sein en 1986, à 46 ans ? « Je crois qu’elle était vraiment en avance sur son temps », nous répondait sa fille, Nina Lorez Collins, lors de la parution du Journal. « Ses personnages, bien que complètement normaux, n’étaient pas le genre de personnages noirs que le public américain était prêt à voir et à traiter dans les années 80. L’idée même d’une classe moyenne noire d’artistes et d’intellectuels semblait trop étrange à cette époque. »

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Livres

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs