Accueil Monde Afrique

La France n’a rien fait pour empêcher le génocide des Tutsi

Le rapport Duclert pointe le rôle central de François Mitterrand. La France « est restée aveugle face à la préparation » du génocide des Tutsi du Rwanda de 1994 et porte des « responsabilités lourdes et accablantes » dans la tragédie.

Article réservé aux abonnés
Chef du service Monde Temps de lecture: 4 min

On le savait depuis longtemps mais cette fois les responsabilités politiques et militaires françaises sont clairement établies dans un rapport « accablant ». A la demande du président Emmanuel Macron, 14 historiens ont épluché durant deux ans les archives secrètes françaises (politiques et militaires) avant, pendant et après le génocide rwandais de 1994. Et leurs conclusions sont sans appel.

Avec, au centre de la machine infernale, le rôle joué par François Mitterrand, accusé, avec son cercle proche d’avoir soutenu « aveuglément » un régime raciste, corrompu et violent, en dépit de toutes les alertes lancées depuis Kigali, Kampala, Bruxelles et Paris. « La France est demeurée aveugle face à la préparation du génocide des Tutsi du Rwanda de 1994 et porte des responsabilités lourdes et accablantes dans la tragédie », assène dans ses conclusions la commission présidée par Vincent Duclert.

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

6 Commentaires

  • Posté par Druide David, samedi 27 mars 2021, 20:25

    Sacré Mitterand...Une ordure dans toute sa splendeur...De vichy à sa mort.... Coeur à gauche, portefeuille à droite, en espérant qu'il brule en enfer....

  • Posté par d dsti, dimanche 28 mars 2021, 14:19

    C'est vrai mais la France a longtemps hésité à y toucher. Quand on sait qu'il faisait payer par la République le logement de sa maitresse et qu'on accuse François Fillon d'emplois fictifs, il y a clairement dans cet Etat aux valeurs républicaines (Liberté,Egalité,Fraternité) 2 poids et 2 mesures.

  • Posté par Hubert Wynands, samedi 27 mars 2021, 18:59

    Cela on le savait depuis longtemps, on peut même dire que indirectement avec la nullité canadienne qui commandait les troupes de l’ONU, qu’ils sont responsables de la mort de nos paras. Je ne dirai pas sur la conscience, parce que ils n’ont n’ont pas.

  • Posté par cuypers freddy, lundi 29 mars 2021, 7:00

    Pire que Petain ,va t on leurs faire un proces mais non les francais TOUS des grandes gueules !!!!!!!

  • Posté par Tiquet Jean luc, samedi 27 mars 2021, 13:39

    La France continue à protéger certains présumés génocidaires. Peut-être en savent-ils trop sur le rôle de la France ? Laurent Bucyibaruta est né en 1944 dans la préfecture de Gikongoro, au Rwanda. Il est devenu préfet de Gikongoro de juillet 1992 à juillet 1994. Il aurait également été militant au sein du Mouvement républicain national pour la démocratie et le développement (MRND) et chef du comité préfectoral du mouvement Interahamwe, l’organisation des jeunes du MRND. Laurent Bucyibaruta est accusé d’avoir participé au génocide rwandais de 1994. Il aurait notamment pris la parole en 1993 lors d’un rassemblement public pour encourager l’assistance à contribuer financièrement à l’achat d’armes pour combattre l’ennemi tutsi. De plus, Laurent Bucyibaruta aurait, à plusieurs reprises, ordonné aux militaires, aux gendarmes, aux Interahamwe et aux civils armés qui étaient sous ses ordres de commettre plusieurs massacres contre les tutsis, localisés à plusieurs endroits. Ainsi, plusieurs tueries auraient été organisées et dirigées par Laurent Bucyibaruta : le 21 avril 1994 à la paroisse de Cyanika et de Kaduha ; le 22 avril 1994 à la prison de Gikongoro ; le 7 mai 1994 à l’école des filles de Kibeho. En outre, le 10 avril 1994, Laurent Bucyibaruta aurait utilisé un porte-voix afin d’encourager les tutsis à se rendre à l’école technique de Murambi où il leur aurait promis de la nourriture. Les tutsis qui ont rejoint l’école ont été tués le 20 et 21 avril 1994 par des gendarmes, des policiers et des civils armés. Laurent Bucyibaruta a fui le Rwanda pour se réfugier en France en 1997. A ce jour, il ne serait toujours pas jugé et coulerait des jours heureux à Troyes

Plus de commentaires

Aussi en Afrique

Voir plus d'articles
La Une Le fil info Commentaires Partager

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs