Ouverture du procès George Floyd: 8 minutes et 46 secondes de recueillement

Huit minutes et 46 secondes de réflexion et de recueillement : les proches et avocats de George Floyd ont posé lundi matin un genou à terre aussi longtemps qu’un policier blanc était resté agenouillé sur le cou de ce quadragénaire afro-américain en mai 2020 à Minneapolis.

Ce policier, Derek Chauvin, 45 ans, est jugé pour meurtre et homicide involontaire, pour avoir placé son genou pendant près de neuf minutes sur la nuque de George Floyd, plaqué au sol sur le ventre et menotté, qui avait fini par perdre conscience après avoir crié à de multiples reprises qu’il ne pouvait pas respirer.

« Nous mettons un genou à terre pendant 8 minutes et 46 secondes et nous voulons que vous réfléchissiez pendant ce temps à la raison pour laquelle Chauvin n’a pas ôté son genou », a lancé au public et à la presse le révérend Al Sharpton, figure de la lutte pour la justice raciale.

Le calvaire de George Floyd a été filmé et mis en ligne par une passante, entraînant une vague historique de colère aux Etats-Unis et dans le monde contre le racisme et les brutalités policières envers les minorités.

L’avocat Ben Crump, spécialiste des affaires de violences policières contre des Afro-Américains, les membres de la famille de George Floyd -- ses frères et son neveu -- et le révérend Sharpton se sont retrouvés dans le square situé face au bâtiment public où les débats de fond de ce procès hors norme ont commencé lundi.

A 8H46 exactement, tous se sont agenouillés, entourés par les caméras de télévision et sous les crépitements des appareils photo.

A 66 ans, Al Sharpton, a eu besoin d’un peu d’aide pour s’agenouiller, puis pour se relever.

D’autres, comme Ben Crump, ont subrepticement changé de genou pendant ce moment de recueillement.

L’avocat évoque le joueur de football américain Colin Kaepernick, qui avait posé un genou à terre pendant l’hymne national en 2016 pour protester contre les violences policières faites aux personnes noires.

« Vous vous souvenez quand Colin Kaepernick s’est agenouillé, l’Amérique s’est sentie outragée mais Kaepernick n’a tué personne », rappelle-t-il.

Ce geste a coûté au joueur sa carrière et il s’était attiré les insultes du président Donald Trump.

Les dernières secondes du recueillement ont ensuite été égrenées avant que tous se relèvent aux cris de « Pas de justice, pas de paix ».

« Cela vous donne une idée de la durée pendant laquelle Chauvin a tenu George Floyd au sol », a lancé M. Crump, dénonçant un geste « intentionnel » du policier, qui plaide non-coupable.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous