Elise Mertens emportée par l’intouchable Osaka à Miami

6-3, 6-4: Mertens a tenté, mais en vain. @Belga
6-3, 6-4: Mertens a tenté, mais en vain. @Belga - Belga

Dans un grand tournoi, comme l’est assurément l’épreuve de Miami (côté féminin, seule Serena Williams était absente), il faut parfois un peu de chance pour se frayer un chemin glorieux. Elise Mertens (17e) n’avait pas sa patte de lapin, en Floride, puisque, dès le tirage au sort, on avait pointé cet affrontement potentiel, en huitièmes de finale, face à Naomi Osaka, 2e mondiale. Comme épouvantail, on fait difficilement pire pour l’instant, puisque la Japonaise est invaincue sur le circuit depuis plus d’un an (24 janvier 2020), et reste sur une série de 22 matches victorieux ! Elle a en effet a remporté l’US Open et l’Open d’Australie (!), préférant aussi abandonner en plein tournois préparatifs de ces deux Grands Chelems, soit en finale de Cincinnati (après avoir battu Elise Mertens en demi-finale) et en demi-finale du Gippsland Trophy où elle devait affronter… Elise Mertens, future lauréate à Melbourne ! L’histoire entre Osaka et Mertens est donc particulière. Et d’emblée, ce lundi dans la touffeur de Miami, on a senti le respect que se vouent les deux joueuses. La Japonaise est partie en boulet de canon (3-0), mais la Limbourgeoise s’est accrochée pour lui rendre la vie plus difficile, sauvant 6 balles de set avant de s’incliner 6-3 dans une manche plus disputée que le score. Entre jouer super et ne pas surjouer, l’équilibre n’est pas facile, et c’est ce que doit encore gérer Elise Mertens face aux toutes meilleures. 6-3, 6-3 en 1h29 : voici donc la 3e victoire en 4 duels en faveur de la protégée de Wim Fissette, qui enregistre donc un 23e succès d’affilée, et défiera, en quart, la gagnante de l’affrontement entre la Grecque Maria Sakkari ou l’Américaine Jessica Pegula (ce match avait lieu dans la nuit belge).

En double avec Su-Wei Hsieh pour le reste de 2021

Pas d’énorme exploit donc, pour la nº1 belge, mais une nouvelle belle performance dans un tournoi où elle n’avait encore jamais franchi le 3e tour. Le début de saison 2021 de Mertens est plus qu’intéressant, avec déjà, un titre (Gippsland Trophy à Melbourne), ne l’oublions pas, et un total de 14 succès pour 3 défaites. D’ailleurs, à la Race (classement uniquement sur l’année), on retrouve la Limbourgeoise au 4e rang (!) derrière… Naomi Osaka, Garbine Muguruza (ses deux dernières défaites) et Jennifer Brady. Elise Mertens disputera, la semaine prochaine, le tournoi WTA 500 de Charleston (Caroline du Sud), avant un premier break de trois semaines, afin de préparer la saison sur terre battue et de continuer à soigner son pectoral droit (elle en a encore souffert, hier). Elle reprendra, début mai, à Madrid où elle jouera aussi en double, en compagnie de sa nouvelle partenaire pour l’année 2021, la joueuse de Taipei Su-Wei Hsieh, 3e joueuse mondiale de la discipline.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous