Accord interprofessionnel: patrons et syndicats chez Dermagne ce mercredi

Pierre-Yves Dermagne,  ministre de l’Emploi.
Pierre-Yves Dermagne, ministre de l’Emploi. - Belga.

Où en est-on, 48 heures après la grève nationale organisée par la FGTB et la CSC ? L’espoir de voir les interlocuteurs sociaux conclure un accord interprofessionnel (AIP) pour les deux prochaines années n’est pas éteint. Du moins dans le chef du ministre fédéral de l’Emploi, Pierre-Yves Dermagne (PS). Interrogé en commission des Affaires sociales de la Chambre, ce mardi, il a répété son mantra : « Laisser davantage de temps à la concertation sociale, pour qu’employeurs et syndicats parviennent à s’accorder sur l’accord interprofessionnel (AIP) 2021-2022 et l’enveloppe bien-être. »

On sait les positions des deux bancs fort éloignées. Les employeurs veulent s’en tenir au plafond légal de 0,4 % d’augmentation salariale et à d’éventuelles compensations non récurrentes dans les entreprises qui se portent mieux. Les syndicats demandent que l’on puisse déroger à cette limite fixée dans le cadre de la loi de 1996, via des solutions qui ne lèsent pas la sécurité sociale en la privant de cotisations. Ces deux points de vue antagonistes, le ministre tentera à nouveau de les concilier lors d’une réunion du Groupe des Dix (patrons et syndicats), ce mercredi à 16 h 30. Concernant l’enveloppe bien-être, « les deux parties nous ont déjà dit à plusieurs reprises qu’ils sont à un cheveu d’un accord ».

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous