Dernière mouture pour Nova Mons

Dernière mouture pour Nova Mons
D.R.

Cette fois, les porteurs de Nova Mons veulent croire que c’est la bonne. Situé en plein cœur historique de la ville de Mons, à deux pas de la Grand-Place, ce projet de 60 millions d’euros couvre une superficie de près de 1 hectare. Il vise une revitalisation complète d’un quartier sans pour autant toucher à une quelconque valeur historique des bâtiments existants.

Sont prévus : sept bâtiments pour un total de 131 logements, 94 kots étudiants, un rooftop bar/restaurant, 6.000 m2 de bureaux, une unité de commerces et deux unités horeca, six cellules services ainsi que trois niveaux de sous-sol, dont deux niveaux de parking. Porté par les promoteurs Ion et Kumpen RED, le projet prévoit également des espaces de circulation piétonne spacieux et agréables ainsi qu’une nouvelle place du Marché aux poulets à l’endroit précis où elle existait et dans ses proportions d’origine.

Les nouveaux plans seront désormais soumis à une nouvelle enquête publique de 15 jours qui devrait avoir lieu après les vacances de Pâques. Les promoteurs espèrent démarrer les travaux début 2022 pour une réception définitive à la mi-2025.

Sur le même sujet
Politique
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Dans la ville de Lod, un passage souterrain bloqué par la police israélienne.

    Le conflit israélo-palestinien ne montre aucun signe de répit

  2. Selon le chronopsychologue, le schéma «7 semaines de cours + 2 semaines de congé» permet de respecter les rythmes annuels des jeunes.

    Un expert en chronopsychologie: «Aménager le temps scolaire, c’est aussi s’intéresser aux inégalités»

  3. Mohammed est décédé le 27 avril 2021, quelques jours après avoir appris que son recours avait été rejeté par le Conseil du contentieux des étrangers.

    Jugé pas assez fragile pour être protégé, Mohammed s’est suicidé

La chronique
  • Chronique «Déjà vu» : à qui profitent les pronunciamientos?

    A l’été 2017, en offrant à Emmanuel Macron un petit portrait de Charles de Gaulle qu’il conservait par-devers lui telle une icône, Jacques Chirac a symboliquement adoubé son lointain successeur comme « Compagnon de la Restauration ». Une reconnaissance appréciée, on le suppose, par un homme qui, depuis le début de son quinquennat, ne cesse de multiplier les références au Général et de puiser dans le mythe gaullien pour développer l’image d’une France unie, fière et forte, tout en se profilant, comme son modèle, au-dessus du « régime des partis ».

    Mais en évoquant l’esprit du mort glorieux, sans doute le Président ne se doutait-il pas qu’il réveillerait quelques fâcheux fantômes de cette époque : ceux des généraux Challe, Salan, Jouhaud et Zeller par exemple, auteurs du « putsch d’Alger » le 21 avril 61…

    On le sait, le 21 avril dernier, soixante ans jour pour jour après le « pronunciamento militaire » du « quarteron de généraux en retraite » (en gaullien dans le texte), une vingtaine de généraux...

    Lire la suite

  • Non, «la question palestinienne» n’avait pas disparu

    Un nouveau cycle de convulsions violentes déchire soudain Israël et les territoires palestiniens occupés. Avec des airs de déjà-vu, mais aussi quelques différences majeures. Cette fois, les islamistes du Hamas et leurs alliés tirent depuis Gaza des roquettes sur toute une série d’agglomérations jusqu’au centre même d’Israël. Et une partie de la communauté palestinienne de l’État hébreu prend fait et cause pour ses « frères » occupés… On pressent déjà les possibles conséquences du nouvel engrenage né au début du...

    Lire la suite