Accueil Société

Affaire Nadia Geerts: la haute école fait le gros dos, mais la justice avance

Le harceleur poursuivi au civil par Nadia Geerts n’a pas comparu devant le tribunal de première instance de Bruxelles ; il sera jugé par défaut s’il n’est pas là la prochaine fois. Mais pendant ce combat judiciaire, le conseil étudiant de la haute école dans laquelle elle enseigne a voté une motion de défiance contre elle. L’école n’y donnera pas suite, répond le cabinet du ministre Daerden.

Article réservé aux abonnés
Temps de lecture: 5 min

Nadia Geerts, initiatrice du Réseau d’actions pour la promotion d’un Etat laïque, est devenue la cible des réseaux sociaux après un post sur Facebook « Je suis Samuel Paty » et un partage d’article dans lequel il était annoncé que la Haute école Bruxelles-Brabant (HE2B), dans laquelle elle enseigne, allait autoriser le port de signes d’appartenance religieuse. Sa plainte au civil à l’encontre d’un des auteurs des publications litigieuses devait être examinée jeudi passé au tribunal de première instance de Bruxelles, mais l’intéressé ne s’est pas présenté au procès. L’affaire a été remise à la fin avril, lui laissant une seconde chance de comparaître, sinon il sera considéré comme faisant défaut.

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

1 Commentaire

  • Posté par cobbaert jean, jeudi 1 avril 2021, 15:01

    Le pays est en train de dériver vers un état aux mains des religieux... On ne peut plus affirmer sa laïcité sans être traité d'islamophobe !

Aussi en Société

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs