Accueil Monde États-Unis

15 millions de doses de Johnson&Johnson gâchées après une erreur de fabrication

En raison d’un incident dans le processus de production, Johnson&Johnson a dû jeter 15 millions de doses de son vaccin contre le coronavirus après qu’il se soit avéré inutilisable.

Temps de lecture: 2 min

La société pharmaceutique américaine Johnson&Johnson a dû jeter 15 millions de doses de son vaccin contre le coronavirus après qu’il se soit avéré inutilisable en raison d’un incident dans le processus de production, rapporte le New York Times. La production a maintenant été retardée parce que l’organisme de réglementation américain doit effectuer des contrôles supplémentaires sur la chaîne de production de l’usine de Baltimore.

Mélange de vaccins

Johnson&Johnson a confirmé qu’un lot de vaccins ne répondait pas aux exigences de qualité. La société pharmaceutique a également révélé que le lot n’avait pas encore été mis en bouteille lorsque l’erreur de production a été découverte. Des travailleurs de l’usine de Baltimore auraient accidentellement mélangé des ingrédients provenant de deux vaccins différents.

Le site appartient à Emergent BioSolutions, la société qui produit le vaccin de Johnson&Johnson aux États-Unis. Le fabricant travaille également avec la société pharmaceutique anglo-suédoise AstraZeneca, qui a également développé un vaccin contre le covid.

En raison de cette erreur de fabrication, la distribution des vaccins de Johnson&Johnson aux États-Unis a été considérablement retardée. L’incident est extrêmement embarrassant pour l’entreprise pharmaceutique alors que ce vaccin, dont une seule injection suffit, devait considérablement y accélérer le programme de vaccination.

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

10 Commentaires

  • Posté par Blauwet Xavier, jeudi 1 avril 2021, 12:22

    C'est un poisson d'avril ?

  • Posté par seghers emmanuel, jeudi 1 avril 2021, 9:48

    Disons plutôt que ce fut une tentative de vaccin universel en mélangeant deux vaccins.

  • Posté par RC Peeters, jeudi 1 avril 2021, 9:02

    Quel dommage, il y a toujours le médicament l'ivermecitine qui fonctionne très bien : Une étude publiée par les japonais dont le prix Nobel Satoshi Omura exprime que « ne pas accepter l’ivermectine serait comme ne pas accepter la pénicilline en son temps. Un article publié la semaine dernière dans le Journal japonais des antibiotiques des Professeurs Morimasa Yagisawa, Patrick J. Foster, Hideaki Hanaki, avec comme co-auteur le prix Nobel de médecine Satoshi Ōmura, illustre la tendance mondiale dans les études cliniques de l’ivermectine. Cet article vient s'ajouter au tour du monde des pays qui utilisent l’ivermectine (Inde, Bangladesh, Nigeria, Egypte, Mexique entre autres) avec succès. http://jja-contents.wdc-jp.com/pdf/JJA74/74-1-open/74-1_44-95.pdf

  • Posté par massacry olivier, jeudi 1 avril 2021, 14:32

    Et encore le croisé Pe(e)ters répandit sa mauvaise foi, notons que tellement gêné de sa mauvaise foi il n'ose même plus cité la source de son copier-coller. Je vous la donne dans le mille, il s'agit de ....roulement de tambour, suspens...Francesoir.fr, comme c'est inattendu.

  • Posté par MAESEN Jean-Luc, jeudi 1 avril 2021, 10:56

    "RC Peeters" : on aimerait y croire, malheureusement les études en cours ne sont pas très encourageantes. [https://factuel.afp.com/lefficacite-de-livermectine-contre-le-covid-nest-pas-scientifiquement-demontree]. [https://www.news-medical.net/news/20210201/Ivermectin-may-not-be-the-e28098silver-bullete28099-antiviral-against-COVID-19.aspx].

Plus de commentaires

Aussi en USA

Joe Biden, Taïwan et l'avertissement donné à la Chine

Les Etats-Unis de Joe Biden s’engagent dans une nouvelle et périlleuse voie, entre la Chine et Taïwan, avertissant solennellement Pékin que toute agression contre l’île nationaliste déclencherait une riposte militaire immédiate de Washington.

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une