Accueil Économie Mobilité

Sophie Dutordoir menace de suspendre les trains vers la Côte

La CEO de la SNCB menace le gouvernement de mettre à l’arrêt le trafic des trains vers les gares de la Côte si les autorités ne revoient pas leurs plans.

Temps de lecture: 2 min

Sophie Dutordoir, la CEO de la SNCB, menace le gouvernement de mettre à l’arrêt le trafic des trains vers les gares de la Côte si les autorités ne revoient pas leurs plans.

Selon une décision du dernier Comité de concertation, du samedi 3 au dimanche 18 avril, ainsi que le week-end des 24 et 25, les candidats au voyage en train vers la Côte ne pourront s’asseoir que sur les sièges jouxtant une fenêtre (les moins de 12 ans pourront prendre place à côté de l’adulte qui les accompagne). La mesure est uniquement valable pour les gares de la Côte et seulement pour le voyage aller.

Dans une lettre envoyée mercredi au Premier ministre libéral Alexander De Croo, à la ministre de l’Intérieur Annelies Verlinden (CD&V) et au ministre de la Mobilité Georges Gilkinet (Écolo), Sophie Dutordoir a remis en question la décision du Comité de concertation.

« Ingérable»

«Comme souligné à de très nombreuses reprises, la mise en œuvre des dernières décisions du Comité de concertation placera la SNCB dans une situation qui, sans prise d’autres mesures urgentes et contraignantes de la part des autorités publiques, risque de devenir ingérable», y écrit-elle. «La situation observée sur le terrain au cours des dernières heures démontre que les accords pris sous la coordination du Centre national de Crise et la conjugaison des efforts entrepris jusqu’à présent par toutes les parties (pour l’essentiel, les forces de l’ordre, les autorités locales et la SNCB) ne suffisent pas à endiguer l’afflux de voyageurs.»

Malgré tous les efforts consentis par toutes les parties, cette situation pourrait mettre directement en péril le maintien de l’ordre public et la sécurité de nos voyageurs, de notre personnel et des forces de l’ordre, et ce pas uniquement au plan sanitaire, avertit la CEO. Elle envoie une sorte d’ultimatum au gouvernement: «Prendre une décision d’urgence visant à: soit autoriser la SNCB, au besoin et après concertation avec le Centre de Crise, à mobiliser la totalité de sa capacité nominale de transport, par la levée des mesures de limitation qui prévalent pour les destinations touristiques, soit introduire une mesure urgente d’ordre public afin de limiter strictement les déplacements en train vers la Côte».

Si le gouvernement ne réagit pas favorablement à l’une des deux demandes, la patronne de la SNCB agite l’option d’une mise à l’arrêt du trafic vers les destinations visées, «les risques à l’égard des voyageurs et de notre personnel seraient alors inacceptables», même si elle dit vouloir éviter cette piste à tout prix.

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

5 Commentaires

  • Posté par Raurif Michel, jeudi 1 avril 2021, 17:01

    Madame, le dire c'est bien. Le faire c'est beaucoup mieux !!!!!

  • Posté par Deltenre Samuel, jeudi 1 avril 2021, 10:17

    La mesure d'occupation des seules places aux fenêtres est en effet inapplicable, alors que l'objectif de la ministre Verlinden est d'interdire aux Wallons et Bruxellois (qui ne disposent pas de voiture et d'un bien immobilier à la mer) de se rendre à la côte. A quand cette interdiction pur et simple ? Ce serait plus clair et honnête mais nécessiterait d'assumer cette politique nationaliste flamande (on n'accepte que les touristes francophones les plus riches et qui sont taxés en Flandre sur base de leur résidence secondaire). Le premier jour de cohue, la SNCB a déjà forcé des gens à descendre du train à Gand mais ça présentait l'inconvénient de créer le désordre dans cette gare en Flandre. Depuis, on a instauré des quotas minima d'embarquement dans les gares bruxelloises (aux frontières de la Flandre), selon une estimation de l'occupation du train avant qu'il n'entre en gare et donc sans tenir compte des gens qui en descendent. En outre, la capacité réelle d'embarquement de passagers pour la côte s'appliquent aussi à ceux qui descendent à Gand, à Bruges pour visiter ces villes... La limitation de voyage vaut de facto pour l'accès en train vers la Flandre dans une large mesure. Dans la gradation, la menace de suppression des trains vers la côte n'est que l'étape logique suivante, dont le compromis "acceptable" sera de maintenir ces trains en les réservant à la population de la région (via un contrôle sommaire sur les quais ou une app de réservation).

  • Posté par Bauduin Dominique, jeudi 1 avril 2021, 8:53

    Poisson d'avril?

  • Posté par Bauduin Dominique, jeudi 1 avril 2021, 8:46

    Encore une mesure débile et inapplicable de ce gouvernement! Si ils voulaient que moins de gens aillent à la côte, il ne fallait pas fermer les écoles.

  • Posté par Philippe Pasman, jeudi 1 avril 2021, 9:10

    C'est malin demain les vacances de Pâques commencent

Aussi en Mobilité

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

Retrouvez l'information financière complète

L'information financière
références Voir les articles de références VacancesWeb Voir les articles de VacancesWeb