BSCA: augmentation de capital de 30 millions d'euros

Récemment, son conseil d'administration avait estimé qu'un apport de 40 millions supplémentaires était nécessaire afin de reconstituer les fonds propres de la société pour pouvoir poursuivre l'activité dans de bonnes conditions et mettre en ?uvre le plan stratégique.

Pour parvenir à cette somme, dix millions viendront d'un abandon de créance de la part de la SOWAER sur le montant des redevances ayant fait l'objet d'un moratoire en 2020. Les 30 millions restants découleront d'une augmentation de capital "accompagnée d'un nouveau modèle de gouvernance qui impliquera notamment la révision des statuts de la société et de la convention d'actionnaires", a précisé le ministre Crucke.

A ce propos, "des négociations ont été entamées avec les différents actionnaires et il en ressort que Belgian Airports - l'actionnaire privé de BSCA, ndlr - pourrait injecter directement la somme de 10,851 millions d'euros dans le capital de la société", a-t-il ajouté.

En respectant la valorisation établie par le consultant indépendant PwC, Belgian Airports pourrait donc acquérir 4.990 parts de l'aéroport, ce qui ferait passer sa participation de 27,5 à un maximum de 48,32% du capital, a encore détaillé Jean-Luc Crucke.

Parallèlement, le conseil d'administration de BSCA sera professionnalisé. Afin de refléter le nouvel équilibre actionnarial, il sera dorénavant composé de 14 membres, dont 6 seront nommés sur proposition des actionnaires publics, 5 sur proposition du privé et 3 seront des administrateurs indépendants.

D'autres mesures de gouvernance seront également mises en place , dont la constitution d'un comité permanent non-exécutif, d'un comité d'audit et d'un comité de rémunération.

Enfin, un plan stratégique "Green, digital, profitable, qualitative, low cost" a été développé.

Il repose sur différents piliers, dont un aéroport vert 4.0, une nouvelle relation "équilibrée et à long terme" avec Ryanair et une diversification des compagnies présentes à Charleroi via, notamment, les possibilités offertes par l'allongement de la piste.

Sur le plan opérationnel, l'efficacité devra en outre être améliorée, avec une flexibilité accrue du personnel. Par contre, "le plan stratégique et le business plan ne prévoient pas de licenciements et aucun plan social

n'est envisagé", a répété le ministre.

L'ensemble de ces décisions restent toutefois soumises à l'acceptation par le conseil d'administration de BSCA "de conditions équilibrées à long terme avec Ryanair permettant la mise en ?uvre du plan stratégique ainsi qu'à l'accord de l'ensemble des actionnaires sur les mesures de financement et de gouvernance envisagées", a conclu Jean-Luc Crucke.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous