Van Aert, van der Poel et Alaphilippe: trois approches différentes avant d’affronter le Tour des Flandres

Mathieu van der Poel, Julian Alaphilippe et Wout van Aert
Mathieu van der Poel, Julian Alaphilippe et Wout van Aert - Photo News

Tous les trois partent avec l’énorme étiquette de favoris sur le dos mais devront se méfier de la longue liste d’outsiders capables de jouer finement le coup tactiquement. Jasper Stuyven à Sanremo, Kasper Asgreen à l’E3 et Dylan Van Baarle sur A travers la Flandre ont montré qu’il était possible de déjouer les plans des trois ogres.

S’ils ont croisé leurs chemins sur les routes italiennes (Strade Bianche, Tirreno-Adriatico, Milan-Sanremo), c’est la première fois que les trois hommes se retrouvent sur les routes belges. Retour sur leurs approches différentes en ce début de saison.

Mathieu van der Poel, l’homme à battre… qui doit se rassurer

Tenant du titre, Mathieu van der Poel est le coureur qui a le plus impressionné en ce début de saison. Le Néeerlandais a lancé sa saison au Tour des Emirats où il a remporté la première étape avant d’être rapatrié à cause des cas de Covid dans son équipe. Trop juste pour participer au Nieuwsblad, le leader de l’équipe Alpecin-Fenix a parfait sa condition sur Kuurne-Bruxelles-Kuurne et le GP Samyn la semaine suivante avec des attaques à distance et une tactique trop audacieuse qui l’auront empêché d’aller chercher la victoire.

Des efforts qui l’ont bien aidé avant d’arriver aux Strade Bianche, premier grand duel avec ses grands rivaux. Patient sur les routes italiennes, il a attendu le bon moment pour décramponner Wout van Aert avant de lâcher Julian Alaphilippe dans la dernière rampe vers Sienne.

Sur Tirreno-Adriatico, van der Poel a ajouté deux victoires à son palmarès avec un succès dans un sprint en côte et une échappée épique sur les murs qui menaient vers Castelfidardo.

Cinquième de Milan-Sanremo et effacé par rapport à ses habitudes, il a encore une fois fait forte impression à l’E3 où seule une équipe Deceuninck-Quick Step tactiquement parfaite a pu le priver de victoire.

Avec quatre victoires au compteur depuis le début de saison et des démonstrations de puissance bestiale, van der Poel est logiquement l’homme à battre sur le Ronde. Une interrogation subsiste pourtant : le Néerlandais a déçu mercredi à A Travers la Flandre en envoyant des signaux inquétants. Sera-t-il ratapé pour dimanche ?

Wout van Aert, le revanchard qui respire la confiance

Le Belge est le coureur qui a débuté sa saison le plus tard. Van Aert a fait l’impasse sur le week-end d’ouverture en Belgique et sur les premières courses à étapes en France. Il s’est directement présenté au départ des Strade Bianche où il a conquis une belle 4e place malgré un léger retard de condition sur ses grands rivaux.

La semaine suivante, l’homme à tout faire de Jumbo-Visma a remis les points sur les i en disputant une édition de Tirreno-Adriatico monstrueuse. Vainqueur au sprint de la 1ère étape, il a tenu le coup en montagne pour se caser derrière Tadej Pogacar au classement général. Un poil en retrait par rapport à van der Poel et van Aert en matière de punch pur, il a terminé sa semaine en beauté avec un succès en contre-la-montre !

Troisième à Sanremo, il a connu un coup de mou à l’E3 vendredi dernier en terminant 11e. Une petite contre-perforamance effacée deux jours plus tard à Gand-Wevelgem où il a conquis, en costaud, son premier grand succès sur le sol belge.

Vainqueur 3 fois cette saison, van Aert se présente avec 11 jours de course dans les jambes (moins que ses 3 rivaux) mais avec une confiance retrouvée.

Julian Alaphilippe, un 3e as plus discret qui peut jouer le coup collectivement

Le Français est celui qui a le plus couru des 3 cette saison (15 jours de course) mais aussi celui qui a le moins gagné (1 victoire).

Brillant au Tour de la Provence qu’il a terminé à la 2e place pour entamer sa saison, le Champion du monde a rapidement repris goût aux Classiques pavées en s’alignant au départ du Nieuwsblad en l’absence de ses deux compères. Bien plus fort que la concurrence dans les Monts pavés, il en a fait trop sur a classique d’ouverture belge et a fini par être repris puis lâché par le peloton.

Il a cependant envoyé un premier signal fort à WVA et MVDP qu’il a retrouvé quelques jours plus tard aux Strade Bianche où il a dû se contenter d’une deuxième place derrière un van der Poel intouchable

Plus en retrait sur Tirreno – Adriatico, notamment en montagne, le Français a quand même fait parler son punch sur la 2e étape pour décrocher son seul succès de la saison. A Milan-Sanremo, il est le seul à avoir tenté quelque chose dans le Poggio. Il s’est ensuite accordé quelques jours pour souffler en faisant l’impasse sur l’E3 et Gand-Wevelgem. Il a donc semblé un peu rouillé sur A travers la Flandre mercredi avec un coup de retard sur les premiers.

Si l’on peut difficilement savoir où il en est, on peut raisonnablement prévoir qu’il va peser sur la course dans la mesure où son équipe dispose du collectif le plus fort au départ du Ronde.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous