UE: accord sur la répartition de 10 millions de doses de Pfizer

ITALY CORONAVIRUS PANDEMIC COVID19 VACCINATION

Les discussions auront été difficiles, mais les Européens sont parvenus à définir une répartition spécifique de dix millions de doses de Pfizer/BioNTech pour aider les pays à la traîne à rattraper leur retard dans la vaccination. Les vaccins commandés par l’UE devaient être répartis au prorata de la population de chaque pays. Mais certains avaient choisi de prendre exclusivement les doses d’AstraZeneca, les moins chères, plus faciles sur le plan logistique et moins controversées (les vaccins à ARN messager ont fait débat dans certains pays). Puisque ces pays avaient choisi de ne pas prendre leurs doses des autres contrats, ces fioles avaient été redistribuées aux pays intéressés. Mais les retards d’AstraZeneca ont changé la donne.

Quand ces pays ont voulu piocher dans leur part chez Pfizer ou Moderna, les doses étaient parties. L’Autriche avait mené une campagne médiatique vue comme très agressive par ses pairs, qui considéraient toutefois que son rythme de vaccination était dans la moyenne européenne et qu’elle n’avait pas besoin de leur solidarité, contrairement à la Bulgarie, la Croatie, l’Estonie, la Lettonie et la Slovaquie. Pfizer a accepté de livrer dès maintenant 10 millions de doses initialement prévues plus tard cette année. L’accord conclu jeudi soir prévoit que 19 Etats dont la Belgique recevront une part de 6,66 millions de ces doses au prorata de leur population. L’Autriche, la République Tchèque auront droit à leur prorata calculé sur les dix millions de doses. Même système pour les cinq derniers pays qui se partageront en plus les 2,85 millions de doses restantes.

 
 
À la Une du Soir.be
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous