Philippe Close sur l’évacuation du bois de la Cambre: «Il y a eu des avertissements avant l’intervention de la police»

Philippe Close sur l’évacuation du bois de la Cambre: «Il y a eu des avertissements avant l’intervention de la police»
Photo News

Plusieurs dizaines de policiers, sept chevaux de la police et huit manifestants ont été blessés jeudi lors de l’évacuation du bois de la Cambre, selon le dernier bilan de la soirée donné par la porte-parole de la police de Bruxelles-Ixelles Ilse Van de Keere. Il y a eu en outre 22 arrestations, dont 18 administratives et quatre judiciaires. Un bilan définitif sera communiqué vendredi en fin de matinée.

Le bourgmestre de Bruxelles, Philippe Close (PS), était invité sur la Première ce vendredi main pour commenter ce rassemblement qui a dégénéré.

« Les gens doivent pouvoir prendre l’air, je veux qu’ils puissent profiter des parcs », commence-t-il, en expliquant que la police a d’abord prévenu qu’il fallait évacuer le parc. « On a fait des préavis, on s’est montré en nombre et on a demandé de se disperser. Ça a mis beaucoup de temps ; ceux qui étaient encore là au moment où la police a commencé les arrestations savaient qu’il y avait un problème. »

« J’assume une certaine tolérance, on est dans la nuance tout le temps. Gérer une ville, ce n’est pas blanc ou noir, mais il y a un besoin de fermeté. Ça dépassait le cadre de ce qui pouvait être accepté. Je ne tolérerai pas qu’on caillasse la police », explique le bourgmestre, pour qui les rassemblements d’hier sont « une vraie gifle pour le personnel soignant ».

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous