«Des faits inacceptables»: Alexander De Croo condamne les événements du bois de la Cambre

«Des faits inacceptables»: Alexander De Croo condamne les événements du bois de la Cambre

Plusieurs dizaines de policiers, sept chevaux de la police et huit manifestants ont été blessés jeudi lors de l’évacuation du bois de la Cambre, selon le dernier bilan de la soirée donné par la porte-parole de la police de Bruxelles-Ixelles Ilse Van de Keere. Il y a eu en outre 22 arrestations, dont 18 administratives et quatre judiciaires. Un bilan définitif sera communiqué vendredi en fin de matinée.

Le déroulé de la journée de ce jeudi au bois de la Cambre n’a pas manqué de faire réagir nos hommes et femmes politiques.

Le Premier ministre, Alexander De Croo, s’est d’ailleurs exprimé sur le sujet. « Ce qui s’est passé hier soir au bois de la Cambre est totalement inacceptable. La pandémie de coronavirus qui s’éternise exige beaucoup de nous tous, y compris des jeunes. Mais les règles ont leur raison d’être et elles s’appliquent à tout le monde.

Rien ne peut justifier un tel comportement. Certainement pas à un moment où les hôpitaux se remplissent et où tous les acteurs de la santé se démènent jour et nuit pour trouver des lits et prodiguer des soins vitaux. Suivre les règles maintenant est une marque de respect pour le personnel soignant et combiné à la vaccination, ouvrira la voie à des jours meilleurs. »

« La solidarité d’aujourd’hui est la clé de la liberté de demain », a-t-il conclu.

Ce matin, le bourgmestre de la Bruxelles, Philippe Close, a expliqué au micro de la RTBF que « les gens doivent pouvoir prendre l’air, je veux qu’ils puissent profiter des parcs. On a fait des préavis, on s’est montré en nombre et on a demandé de se disperser. Ça a mis beaucoup de temps ; ceux qui étaient encore là au moment où la police a commencé les arrestations savaient qu’il y avait un problème. »

« Ça dépassait le cadre de ce qui pouvait être accepté. Je ne tolérerai pas qu’on caillasse la police », explique le bourgmestre de Bruxelles, pour qui les rassemblements d’hier sont « une vraie gifle pour le personnel soignant ».

Un conseil communal extraordinaire

Du côté de l’opposition, notamment dans les rangs du MR, on pointe le fait que « la Ville de Bruxelles aurait dû filtrer les principales entrées du Parc en rappelant, bien avant, que ce faux festival n’était évidemment pas autorisé ».

« Je regrette la gestion du bourgmestre de l’événement au bois de la Cambre ainsi que les incidents qui l’ont suivi. Philippe Close avait été prévenu lors du dernier conseil communal, lundi dernier de tout faire pour éviter un tel rassemblement de masse et à haut risque. Nous constatons que l’ampleur de la manifestation a été une fois de plus totalement sous-estimée », affirme David Weystman, chef de groupe MR à la Ville de Bruxelles.

« En concertation avec CDH et le CD&V, nous demandons la tenue d’un conseil communal extraordinaire afin d’interpeller le bourgmestre de la Ville. Je veux comprendre pourquoi les principales entrées au bois de la Cambre n’ont pas été filtrées. Cela aurait envoyé un message clair à la population, protégeant les promeneurs et garantissant ainsi le respect des mesures sanitaires.

« Nous souhaitons évidemment témoigner de notre soutien à la police qui fait un travail difficile dans ce contexte. La violence à leur égard n’est pas acceptable ! »

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous