Tour des Flandres : Mathieu van der Poel veut jouer un «rôle prépondérant» mais n’a «pas les jambes» qu’il voulait (vidéo)

Mathieu van der Poel
Mathieu van der Poel - Photo News

Tenant du titre, le Néerlandais de la formation belge Alpecin-Fenix n’est pas inquiet après sa prestation moyenne mercredi sur les routes d’À Travers la Flandre, où il a terminé 58e à 1:41 du vainqueur. «C’est un accident de parcours», a-t-il déclaré vendredi en conférence de presse. «Je suis définitivement prêt à défendre mon titre et je veux jouer un rôle prépondérant dans la course.»

«Beaucoup ont éprouvé des difficultés mercredi. La chaleur m’a un peu gêné et j’ai entendu dire que certains ont souffert du même problème. Dimanche sera une nouvelle course. Je dois malgré tout admettre que je n’ai pas encore trouvé les jambes que je voulais avoir sur le sol belge. Peut-être que la fraicheur a disparu», a lancé le Néerlandais de 26 ans.

«Ma première partie de saison sera bientôt terminée. Elle était assez longue. Après les Mondiaux de cyclocross, j’ai fait une petite pause avant de m’y remettre. Le début a été très bon», a lancé ’MVDP’, vainqueur pour sa première de l’année sur route lors de l’étape inaugurale du Tour des Émirats arabes unis.

«Le bloc italien a été difficile», a concédé celui qui a pourtant remporté les Strade Bianche. «J’ai ressenti une certaine fatigue après Tirreno-Adriatico (où il a décroché deux étapes, ndlr). Après le Tour des Flandres, je me concentrerai sur le mountainbike. Et je pourrai le faire après une semaine de repos étant donné le report de Paris-Roubaix.»

L’année dernière, Van der Poel avait très largement animé la course, prenant part à une échappée royale avec Alaphilippe et Van Aert. «Davantage de coureurs sont capables de l’emporter. Il n’est pas facile de prédire qui a vraiment une chance de s’imposer. L’équipe Deceuninck-Quick Step a dominé l’E3 mais Zdenek Stybar n’est pas là et le Tour des Flandres est 60 km plus long. La course s’annonce ouverte et beaucoup de formations voudront l’emballer.»

Le fait que ce 105e Ronde de l’histoire se dispute à huis clos a un impact selon le Néerlandais. «On ressent davantage la douleur. Il n’y a plus de distraction découlant des acclamations des spectateurs.»

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous