Accueil Belgique Politique

Georges Gilkinet: «On est sur le même bateau, on réussira ou on échouera ensemble»

Les derniers jours ont secoué le ministre de la Mobilité. Comme la Vivaldi. Alors il regarde vers demain. Après le covid, dit Georges Gilkinet, le gouvernement devra « oser investir », oser le « renouveau démocratique ». Pour « ne pas refaire le monde d’avant ».

Article réservé aux abonnés
Cheffe adjointe du service Politique Temps de lecture: 6 min

L’actualité ne manque pas pour Georges Gilkinet, ministre Ecolo de la Mobilité dans le gouvernement De Croo, qui fête cette semaine ses six mois d’existence. Problèmes dans les trains vers la mer, échanges parfois tendus avec la patronne de la SNCB, contestation de certaines décisions… Il se défend.

Pour ses six mois, la Vivaldi est secouée : les décisions du dernier Codeco contestées au sein de la majorité, le chaos dans les trains vers la mer, le jugement qui recale la base légale des mesures sanitaires. Ça tangue ?

Au sein du gouvernement, il y a une cohésion, une belle complémentarité, voire de la complicité, ce qui ne veut pas dire qu’on est d’accord sur tout. On ne connaît pas ce qu’on a pu vivre au sein de la suédoise, des mauvais coups…

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

31 Commentaires

  • Posté par BINAME Robert, dimanche 4 avril 2021, 16:57

    Mr Gilkinet, il est vrai que la population réclame un changement! Pour relancer le pays, investir et donner un avenir à celui-ci il faut rendre l'état efficace et moins coûteux en frais de fonctionnement. Pour cela il faut simplifier l'état: moins de fonctionnaires et supprimer les responsabilités floues ou redondantes. Deux suggestions: 1) commencer par supprimer les communautés (et ses parlements) pour les remplacer par le strict minimum: une commission de coordination inter-régionale pour l'enseignement et une autre pour la culture. Tout le reste revenant à l'état fédéral ou aux régions. 2) Poser un geste fort en réduisant le nombre de ministres avec leurs cabinets associés, par exemple de 50%. La Belgique est en effet à cet égard une véritable république bananière. Coûteux et inefficace. La crise du COVID l'a bien démontré me semble-t-il.

  • Posté par Lambert Louis, dimanche 4 avril 2021, 7:33

    Pourquoi vitupérer contre "le monde d'avant" ? C'est justement ce dont tout le monde rêve, il n'y a que les écolos pour rêver de décroissance, de misère et de chômage !

  • Posté par BINAME Robert, dimanche 4 avril 2021, 16:58

    C'est hélas vrai! Ecolo c'est l'enfer pavé de bonnes intentions. Avec ces ayatollahs de l'écologie on est certains d'aller vers un monde sinistre!

  • Posté par Purnotte Leon, samedi 3 avril 2021, 18:23

    Que des cogitations oiseuses, ce sera tout ou rien & comme à l'âge de la pierre, seuls les plus forts survivrons, soit physiquement (pour les - nantis) soit financièrement (voir Trump) mais que restera t'il si tout vient à manquer ?

  • Posté par Nivaille , samedi 3 avril 2021, 15:10

    Quel culot, je n'ai vraiment pas envie d'être sur le même bateau que ce con !

Plus de commentaires

Aussi en Politique

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs