Accueil Société

Vaccination: la liste des patients à risques a été établie

A partir du 8 avril, enfin, chacun pourra vérifier par lui-même si son numéro de registre national a été inclus dans base de données de codes de vaccination de Sciensano.

Temps de lecture: 2 min

Les mutualités ont envoyé vendredi la liste des numéros de registre national des patients à risques à la base de données des codes de vaccination de Sciensano. Cet envoi intervient à la suite de l’approbation par tous les gouvernements de l’accord de coopération sur la vaccination des groupes à risques, indiquent-elles dans un communiqué.

Ces patients âgés de moins de 65 ans sont en effet prioritaires car, tout comme les personnes de plus de 65 ans, ils encourent un risque accru de se retrouver à l’hôpital s’ils sont infectés par la Covid-19, rappellent les mutualités.

La sélection des patients à risque a été établie selon des critères fixés par le Conseil Supérieur de la Santé, poursuit le communiqué qui précise que la liste que les mutualités ont soumise à Sciensano ne contient que des numéros de registre national. « À aucun moment des données médicales ne seront communiquées », assure ainsi Luc Van Gorp, président du Collège National Intermutualiste (CIN).

Cette base de données qui ne peut désormais plus être complétée que par les médecins ne pourra être utilisée à d’autres fins que la campagne de vaccination contre la Covid-19, poursuivent les mutualités. Les données seront en outre supprimées au plus tard cinq jours ouvrables après la fin de la pandémie.

La liste des patients à risques établie par les mutualités sur la base des données dont elles disposent concernant le remboursement des médicaments ou des traitements médicaux comprend un total d’environ 1,5 million de personnes. A partir du 8 avril, enfin, chacun pourra vérifier par lui-même si son numéro de registre national a été inclus dans base de données de codes de vaccination de Sciensano.

Actuellement, 1.340.000 Belges ont reçu une première injection, ce qui équivaut à 12 % de la population adulte du pays. Une deuxième dose à été administré à 528.000 personnes, 5 % de la population étant ainsi entièrement vaccinée, selon les derniers chiffres communiqués vendredi lors de la conférence de presse du Centre de crise et de l’Institut de santé publique Sciensano.

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

9 Commentaires

  • Posté par Vanhelleputte Stefan, samedi 3 avril 2021, 2:32

    Lorsqu'on invoque la "vaccination", on intègre, volontairement ou pas selon l'orateur, divers concepts totalement différents : l'acte médical lui-même, la logistique de stockage et de distribution des vaccins, la mise en place des points de vaccinations et surtout, le plus complexe, l'organisation, l'enregistrement, la convocation et le suivi des vaccinés. Au plan médical, ça roule, comme toujours. Au plan logistique, pas mal de ratés, dont quelques réelles carences de stocks et beaucoup de soucis de livraisons vers les points de vaccination. Mais là où tout coince depuis le début, c'est dans l'invitation et le suivi des vaccinés. Notre modèle régional a démontré sa totale incapacité à gérer ce type d'évènement et il serait grand temps que les politiques réalisent qu'il ne s'agit pas seulement d'un jeu de copinage mais d'une situation réelle qui implique des êtres humains. C'est la débandade la plus totale, chacun y allant de son couplet - il va de soi que gérer ce type d'initiative en Flandre est très différent d'y faire face en Wallonie - et le résultat étant ce qu'il est, des malades supplémentaires, des décès supplémentaires et un malaise social en croissance. Se disputer quant à l'ordre de préséance est un non sens absolu tout comme convoquer urbi et orbi sans avoir la moindre idée du taux de retour des invitations. Tout ceci relève de la pure politique qui a largement montré ses limites : autour de moi je ne vois que décès ou effondrement, de personnes physiques ou morales, et je ne connais qu'une (une seule !) personne qui a été vaccinée : elle l'a été à l'hôpital, "par hasard", bénéficie d'un petit papier en guise de preuve... => n'est pas répertoriée dans les super bases de données des grands organisateurs.... A méditer

  • Posté par M. G., vendredi 2 avril 2021, 22:59

    Vous savez, quel est le sens de vacciner un bonhomme de 102 ans, voisin de chambre de ma grand-mère dans un home ? Même elle, était fâchée avec cela ... Elle a 92 ans, et on l'a presque forcé à se faire vacciner, en lui mettant la pression, en lui disant qu'elle devait se faire vacciner si elle voulait que sa famille puisse encore la voir ! Elle a supplié de me vacciner plutôt qu'elle, parce qu'elle sait que je suis plus en danger qu'elle, comme elle le répète encore maintenant "ho tu sais, à mon âge, on a largement pu vivre, il faut surtout faire en sorte que ce ne soit pas les plus jeunes qui meurent à cause "de ce truc" ..." J'ai parfaitement compris leur fonctionnement, ils ont vacciné les plus âgés, parce qu'ils se sentent coupables de les avoir abandonnés lors de la première vague. Et maintenant que les soins intensifs sont envahis de personnes à risque, ils se sentent soudainement pressés de les vacciner .... Depuis le début, les médecins, chirurgiens, spécialistes ne comprennent pas qu'on ne vaccine pas en premier le personnel soignant, puis les personnes à risque. Résultat ? Il a fallu que je me batte pour ne pas que ma docteure ne me mette en confinement lors de la seconde vague, parce qu'elle sait, elle ne me l'a pas caché, qu'attraper la covid, c'est la mort assurée pour moi ... Et je ne suis qu'un cas parmi des milliers, et il y a bien pire que moi ! Ce que je comprends encore moins dans leur système débile, c'est qu'une personne de 45 ans soient vaccinées bien avant une autre qui aurait la même pathologie, mais n'aurait que 44 ans .... Ce que racontent les médias, et dont vous êtes le relais, va à contrecourant de ce que les médecins urgentistes crient depuis des semaines ! La mauvaise gestion de la vaccination en Belgique, est ce qui est reproché au pays non seulement par l'Europe, mais par l'OMS elle-même ... S'ils pensent qu'en étant aussi lent et mal organisé, ils espèrent motiver la population à se faire vacciner dès que l'été viendra, et durant les grandes vacances, ils se mettent les doigts dans l'oeil .... Bonne soirée à vous.

  • Posté par Raspe Eric, vendredi 2 avril 2021, 23:40

    Toute la stratégie de la vaccination est basée sur la meilleure manière d'utiliser les vaccins disponibles en fonction de leur calendrier de livraison pour avoir l'impact maximal sur le système de soin et de préserver celui-ci au mieux. Il était donc logique de commencer par vacciner ceux qui ont contribué pour plus de la moitié des hospitalisations et de l'usage des unités de soins intensifs pour diminuer la pression sur ces services. Mission accomplie plus aucun résident de maison de repos ne se trouve à l'hôpital maintenant. S'ils n'avaient pas été vaccinés, multipliez au moins par deux les lits de soins intensifs occupés et on se trouve avec un pic équivalent à celui de la troisième vague. Le second groupe est le personnel soignant. Pas parce qu'il peut attraper la maladie sur le lieu de travail mais parce qu'il peut l'attraper surtout dans la sphère privée et ne plus pouvoir occuper son poste à un moment où on manque de bras. Ensuite, on passe logiquement aux autres personnes âgées à haut risque d'atterrir à l'hôpital mais qui ont la chance d'encore vivre à leur domicile. Toujours dans l'optique de protéger les capacité hospitalière en fonction des observations réalisées lors des deux premières vagues. Ensuite on passe aux personnes plus jeunesavec des co-morbidités qui sont la dernière catégorie à engorger les hôpitaux. A propos de la vaccination des plus jeunes, si vous analyser les chiffres de vaccination disponibles sur le site de Sciensano, 75% de plus de 85 ans sont vaccinés avec au moins une dose, 36.3% des 75-84 ans, 14.6% des 65-74 ans, 12% des 55-64 ans, 11% des 45-54 ans, 10.5% des 35-44 ans et finalement 8.9% des 18-34 ans. En termes absolus, 860.700 plus de 55 ans ont été vaccinés contre 542.400 moins de 55 ans parmi lesquels une bonne part du personnel soignant. Une hirondelle ne fait pas le printemps. Un exemple dans vos connaissances ne fait donc pas une statistique et il n'y a pas de priorité donnée à ceux dont la vaccination ne permet pas de sauvegarder les capacités hospitalières. Vous n'en êtes pas à votre coup d'essai. Râler indûment est chez vous une seconde nature. Visiblement vous avez la sénilité grincheuse. En fait la vaccination suit son court prévu et engrange ses premiers succès. Il faut en donner le crédit aux autorités même si des problèmes mineurs subsistent. Ce qui la ralenti et l'entrave, ce sont les livraisons des firmes AstraZeneca et Moderna qu'on oublie souvent. Malgré que son vaccin soit le plus cher et la lettre ouverte douteuse de son CEO en novembre, ce sont les moins fiables en terme de livraison. Là est clairement le problème dont on devra garder la mémoire dans le futur pour les prochaines négociations avec ces firmes. Elles doivent clairement être sur liste noire.

  • Posté par M. G., vendredi 2 avril 2021, 20:59

    C'est surtout que les personnes à risque sont celles qui remplissent les soins intensifs, et au final, on attend 4 mois avant de commencer leur vaccination .... aucune logique dans la vaccination ! Heureusement qu'en tant que personne à risque, j'ai pu bénéficier d'un coup de pouce (et de chance) pour être vacciné cette semaine (première dose ...)

  • Posté par Lhoest Roland, vendredi 2 avril 2021, 22:31

    Vous semblez ne pas avoir tout suivi ou tout compris... Les personnes les plus à risque étaient les seniors dans les maisons de repos, puis les plus âgées vivant encore à domicile, et on a commencé par celles-là. La tranche 65 et plus comme on dit. Vient ensuite la catégorie dont vous faites partie. Et si vous avez vu le JT de la RTBF ce soir, ils ont bien précisé que la moyenne d’âge aux soins intensifs était au alentour de 45/55 ans, sans vraiment avoir de fortes comorbidités,un surplus pondéral éventuellement.Les plus âgés nettement moins représentés que les « vagues » précédentes. D’où la démonstration de la bonne gestion du choix des catégories. Bien content pour vous si un premier pas a été fait !

Plus de commentaires

Aussi en Société

Voir plus d'articles
La Une Le fil info Commentaires Partager

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs