Accueil Société Régions Bruxelles

Bruxelles: retour au calme au bois de la Cambre, onze arrestations (photos et vidéos)

La dispersion de la foule sur une pelouse du bois de la Cambre s’est terminée vers 21h00. Il n’y a pas eu de blessés.

Temps de lecture: 4 min

Un premier mouvement policier au bois de la Cambre a été observé vendredi vers 19h00, à la suite d’une première arrestation administrative pour trouble à l’ordre public. A 20h00, deux arrestations administratives étaient signalées pour troubles à l’ordre public.

La situation est calme au parc du Cinquantenaire, lieu initialement annoncé sur les réseaux sociaux pour l’événement L’Abîme, a indiqué la porte-parole de la police de Bruxelles-Ixelles, Ilse Van de keere.

La police a filtré, dès l’après-midi, les accès aux deux lieux pour s’assurer que les personnes ne venaient pas avec des objets dangereux, comme des bouteilles en verre. Elle a de plus patrouillé et contrôlé les personnes en possession d’alcool et d’installation de musique.

A 18h00, heure annoncée pour le début de l’événement, de nombreux petits groupes étaient assis sur la pelouse devant l’étang, du côté de l’avenue de la Sapinière. Ils étaient beaucoup moins nombreux que la veille, a estimé Ilse Van de keere. La police patrouillait autour et à travers eux à pied, à cheval et en voiture. Des messages appelant à porter le masque et à respecter la distanciation sociale étaient diffusés via des drones.

Vers 18h30, une personne distribuant des tracts appelant les gens à défendre leur liberté et dénonçant la gestion politique de la pandémie a été contrôlée sous les huées de la foule.

La tension est montée d’un cran après l’arrestation d’une première personne. La police a serré ses rangs. Deux femmes arboraient des pancartes devant les cavaliers appelant à ne pas utiliser des chiens et chevaux contre les participants. « On n’est plus au temps de Napoléon et on ne devrait pas utiliser les animaux contre des gens. »

Une seconde arrestation a amené un autre mouvement de foule et deux arroseuses se sont rapprochées vers 19h15.

Des policiers à pied ont ensuite repoussé des jeunes plus agressifs envers les agents sur un côté et des cavaliers ont dispersé ceux au centre de la pelouse.

Un peu avant 19h30, un premier message appelant à quitter les lieux a été diffusé. Les arroseuses ont ensuite été utilisées. Toutes les forces étaient pleinement déployées vers 20h00 pour disperser les participants.

La dispersion de la foule sur une pelouse du bois de la Cambre s’est terminée vers 21h00, mais la police comptait rester sur place jusqu’au couvre-feu à 22h00, a indiqué vers 21h30 la porte-parole de la police de Bruxelles-Ixelles Ilse Van de keere. Il n’y a pas eu de blessé. La police a procédé au total à 10 arrestations administratives pour troubles à l’ordre public et à une arrestation judiciaire pour des coups portés sur un cheval. Une vitre d’un véhicule de la brigade canine a été cassée.

La pelouse était vide vers 22h30, mais il restait quelques petits groupes présents, notamment dans les bois en bordure de pelouse, à proximité de la route.

« Défendre le droit de se réunir »

« L’abîme », une fête sauvage prévue vendredi de 18h00 à 22h00 pour défendre le droit de se réunir malgré la pandémie, n’aura pas lieu au parc du Cinquantenaire à Bruxelles comme initialement annoncé, mais au bois de la Cambre, selon une information publiée en matinée sur le groupe Facebook de l’événement.

Le bourgmestre Philippe Close n’a pas l’intention, selon sa porte-parole, de fermer le bois, considérant que ce serait priver les citoyens de la liberté d’en jouir pour s’aérer et s’y promener. De son côté, la zone de police Bruxelles-Capitale/Ixelles a indiqué que ses effectifs seront présents ce vendredi soir aux deux endroits, au Cinquantenaire et au Bois de la Cambre.

Un autre événement, intitulé « La Boum », annoncé sur les réseaux sociaux, a attiré, jeudi soir au Bois de la Cambre, entre 1.500 et 2.000 personnes. La police est intervenue pour disperser la foule avec l’aval du bourgmestre de la Ville de Bruxelles afin de faire respecter les restrictions sanitaires.

Au total, 26 personnes ont été blessées, dont trois policiers de la zone de police Bruxelles-Capitale/Ixelles, et six véhicules de police ont été endommagés.

La police a procédé à dix-huit arrestations administratives et à quatre arrestations judiciaires. Par ailleurs, une personne se voit citer directement devant le tribunal correctionnel de Bruxelles le 22 avril prochain.

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

8 Commentaires

  • Posté par Robinson Richard, samedi 3 avril 2021, 9:15

    La liberté va de pair avec la responsabilité. L'irresponsabilité d'une minorité est certaine et la majorité perd donc une partie de sa liberté. Ceux qui sont condamnés ou qui reçoivent des amendes devraient automatiquement perdre leur droit à des soins médicaux subventionnés s'ils sont victimes du COVID.

  • Posté par Persenaire André, samedi 3 avril 2021, 0:42

    Vous écrivez : "la population n'a qu'à se taire et obéir". Oui, la plupart du temps, j'obéis, non par peur mais parce que, la plupart du temps, les directives données, même si elles me gênent, sont de bon sens. Mais je ne suis pas esclave de ces directives : dans une rue presque déserte, j'enlève mon masque, pas par bravade - j'ai passé cet âge - mais pour mon confort. Et si j’aperçois quelqu'un qui va me croiser, je change de trottoir, pas par peur d'une remarque mais parce que la distance est la mère de la sécurité.

  • Posté par Binet Alain , samedi 3 avril 2021, 7:40

    Entièrement d'accord avec vous.

  • Posté par Usual Suspect, vendredi 2 avril 2021, 23:20

    Ce qui est dommage avec tous les actes de rébellions de la population, c'est qu'ils ne sont jamais efficaces. Aujourd'hui les jeunes (et certains moins jeunes aussi) se révoltent contre des lois illégales et liberticides mais en prenant le risque de se faire contaminer ou de contaminer leurs proches, hier c'étaient leurs parents ou grands-parents qui manifestaient dans les rues pour un meilleur salaire mais qui se sont retrouvés au chômage, etc... La réaction du monde politique est toujours la même : envoyer la police pour casser la gueule des manifestants et les faire taire. Résultat : rien ne change, les politiciens sont toujours au pouvoir, les policiers sont toujours là comme des chiens de garde et la population n'a qu'à se taire et obéir. Il faut changer de stratégie. Il ne faut plus participer aux élections qui ne sont que des mascarades de démocratie, il ne faut plus former de grands rassemblements dans les rues tels des troupeaux de bétail en captivité, mais il faut arrêter de payer les impôts, les taxes et les amendes, et surtout, arrêter de servir ces escrocs de politiciens : plus d'assistants, plus de chauffeurs, plus de secrétaires, plus de fonctionnaires, bref faisons en sorte qu'ils se retrouvent seuls, abandonnés, ignorés, pire, snobés.

Plus de commentaires

Aussi en Bruxelles

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

Lesoir Immo Voir les articles de Lesoir Immo