Accueil Société

La protection des vaccins ne signifie pas l’invincibilité

Une réelle protection est offerte par les vaccins, en tout cas contre les formes sévères du covid. Mais cela ne signifie pas qu’un relâchement total est autorisé une fois vacciné : il faut continuer à faire attention aux personnes chez qui le vaccin ne fonctionne pas et éviter tout rebond épidémique dû à une illusion de protection collective, comme l’expérimente le Chili.

Article réservé aux abonnés
Temps de lecture: 10 min

A ce jour, près de 1,5 million de Belges ont reçu au moins une dose des trois vaccins disponibles actuellement contre le covid. Soit 16 % de la population adulte. Mais seul un tiers d’entre eux environ a bénéficié du schéma complet de vaccination qui protège complètement du risque de faire une forme sévère de la maladie. Soit 6 % des plus de 18 ans.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

71 Commentaires

  • Posté par Lambert Olivier, mardi 6 avril 2021, 22:28

    Ce qui m'inquiète le plus c'est le fait de sombrer dans une société hygiéniste. Pourra-t-on encore tomber amoureux d'un(e) inconnu(e) dans un parc, voire s'embrasser à la suite d'une rencontre providentielle? Bon je sais, je suis un grand rêveur, mais le monde vers lequel nous nous dirigeons manque cruellement de poésie.

  • Posté par ... Jacques, lundi 5 avril 2021, 1:39

    Que de précautions pour un virus qui tue 0,05% de la population. A s'interroger sur ce qui devrait être fait si Ebola est à nos portes. Je n'ose imaginer.

  • Posté par massacry olivier, lundi 5 avril 2021, 14:14

    Pourcentage à multiplier par 50 pour ceux qui ont été contaminés, et ce malgré les mesures barrières. Les personnes contaminées représentent presque 0.8% de la population, plus de une personne sur 13, les hospitalisations représentent 7% de celles-ci, plus de 10% en gardent des séquelles à long terme. Sans oublier que la population à risque se chiffre à plus de 3 millions de personnes, un quart de la population, personnes qui ne vivent pas isolées, donc au minimum la moitié de la population est concernée..Effectivement avec vos genres de raisonnements on n'ose imaginer quelle type de précautions vous préconiseriez.

  • Posté par STORDIAU Pierre, lundi 5 avril 2021, 11:46

    Vos fractions (0,00000X % ) ne nous intéressent pas ! Pourquoi ? ... parce que l’être HUMAIN est UN ENTIER . (il n'y a pas de demi-hommes ; sauf vous ? LOL ).

  • Posté par Harry Dorchy, dimanche 4 avril 2021, 15:02

    Il est assez piquant de constater que les anti-vaccins anti tout, ultracrépidarianistes (formé sur la locution latine «sutor, ne supra crepidam» qui signifie «cordonnier, pas plus haut que la chaussure»), avancent masqués, sous des pseudonymes ridicules, alors qu’ils prônent le non port du masque, comme tRump (cherchez la traduction)...

Plus de commentaires

Aussi en Société

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs