Accueil Société

Le livre «Le clan Reynders» met à nu le système Fontinoy

Le journaliste Philippe Engels publie mercredi « Le clan Reynders », fruit d’une enquête de cinq ans dans le sillage de l’ex-bras droit de l’ancien vice-Premier libéral, Jean-Claude Fontinoy.

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Société Temps de lecture: 4 min

Commençons par ce qu’il n’est pas. Le clan Reynders (éd. Kennes), qui sort mercredi en librairie, n’est pas un pamphlet anti-Didier Reynders. Si l’enquête du journaliste d’investigation Philippe Engels s’attarde sur certains choix politiques de l’ancien ministre libéral, elle ne révèle pas de faits pénalement répréhensibles le concernant. Ce n’est pas non plus un tract anti-MR ; des hommes politiques socialistes en prennent également pour leur grade. Non, l’ouvrage édité ces dernières semaines dans le plus grand secret raconte avant tout, dixit l’auteur, « l’étonnant compagnonnage entre un leader politique considéré comme l’un des plus brillants des dernières générations et un petit bonhomme gris sans envergure mais au toupet inaltérable ». On a nommé : Jean-Claude Fontinoy.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

20 Commentaires

  • Posté par Deckers Björn, mardi 6 avril 2021, 19:06

    @André Georges Marc, Attendons voir, mais cela fait un moment qu'il y a une odeur de souffre derrière le duo Reynders - Fontinoy et il n'y a pas de fumée sans feu. C'est évidemment à la justice de dire le vrai du faux au final, mais condamner le journalisme d'investigation n'est pas très malin. Des scandales révélés par l'ICIJ au Vif Express qui fait éclater le scandale de Publifin et j'en passe, le journalisme d'investigation est un pilier de la démocratie. Garder vos réflexes militants pour des causes plus justes, s'il s'en trouve à défendre au MR!

  • Posté par Dubru Oscar, mardi 6 avril 2021, 15:45

    Ce n’est pas un pamphlet anti Reynders ...ah bon....

  • Posté par Andre Georges-marc, mardi 6 avril 2021, 15:21

    Il ne s'agit pas ici d'un procès car il y aurait alors une accusation, une défense et des juges. On lance purement et simplement dans la nature des accusations. Premier exemple, des photos du coffre d'une voiture avec des t-shirts et ce qui est possiblement du matériel électoral, mais nous n'avons aucune preuve que ces photos ne sont pas des montages (pas de date, les plaques floutées pour l'occasion peuvent être fabriquées chez le premier Mister Minute du coin, etc...). Bref, si même nous devons nous montrer critiques vis à vis du pouvoir et de ceux qui l'entourent, nous devons faire confiance aux tribunaux pour porter un jugement. Un "journaliste" qui écrit un livre, c'est très bien, mais il peut écrire tout et son contraire sans que nous disposions des éléments à charge et/ou à décharge. A première vue, ce type de publication risque de rapporter quelques sous à son auteur, mais plus grave, de servir les partis d'extrême gauche et d'extrême droite qui s'attaquent de façon populiste à notre démocratie. Il faut regretter que "Le Soir" se permette de publier ce type d'article sans pouvoir apporter la moindre preuve crédible.

  • Posté par Jules Vandeweyer, mardi 6 avril 2021, 15:17

    Et, donc, le Dj, c'était pas le chef d'orchestre! Plus sérieusement: qui peut croire que pendant 20 ans, le ministre n'était pas au courant des agissements de son chef de cabinet. Et moi qui croyais que c'était un pote de Sarkozy et Guéant qu'il a rencontrés. A tous ceux qui trouvent qu'on exagère: vous oubliez l'affaire Chodiev avec Kubla, De Decker, etc... Avec Reynders, le MR, et les socialistes que vous citez, on est un peu dans le même rapport qu'avec Armstrong qui dézinguait tous ses rivaux alors qu'il se dopait à mort à chaque tour et ce pendant des années.

  • Posté par stals jean, mardi 6 avril 2021, 13:12

    En marge de cet article qui évoque J.C Fontinoy et D. Reynders....Les gens en âge d'aller voter, pour celles et ceux qui seront un jour chargés de dépenser l'argent qui rentre dans les caisses de l'Etat, et cela depuis que les élections prétendument démocratiques existent d'être subitement frappés au moment d'entrer dans l'isoloir, soit de la maladie d'Alzheimer, soit d'une curieuse envie de croire au Père Noel de leur prime enfance, soit de ne pas avoir peur du mot "collabo" qui existe lui aussi depuis que le monde est monde. Avec le scandale PubliFin ce sont surtout les voyous socialos Moreau Mathot en tête qui en ont pris à juste titre et bien entendu plein la g.....Alors que les libéraux et le Fontinoy dont il est question ici, savait se retrouver dans un resto chic avec Moreau et de véritables gangsters de l'immobilier anversois sans oublier Bart de Wever qui en public vomit les socialistes wallons comme s'il s'agissait de la merde à ses chaussures...Que retenir de tout ce merdier? "élections pièges à cons"...Et selon la formule mondialement reconnue: "les cons ça ose tout c'est même à ça qu'on les reconnait"...

Plus de commentaires

Aussi en Société

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs