Accueil Culture Musiques

Laurence Equilbey remet à l’honneur «Der Freischütz» dans un enregistrement réjouissant

La cheffe française propose sa version de « Der Freischütz » de Carl Maria von Weber, dont on célébrera les 200 ans de la création en juin. Une œuvre charnière et révolutionnaire qu’elle remet ainsi à l’honneur.

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Culture Temps de lecture: 8 min

C’est un projet d’envergure, mené à la baguette par Laurence Equilbey. Entourée de son Insula Orchestra, du chœur Accentus et d’un casting vocal exemplaire (Stanislas de Barbeyrac, Johanni Van Oostrum…), la cheffe française propose une lecture inédite du Freischütz de Carl Maria von Weber sur instrument d’époque. Et y explore les nuances et la richesse de cette partition mal connue chez nous mais populaire en Allemagne.

Vous avez récemment déclaré : « Si une œuvre ne résonne pas avec son époque, je crois que ce n’est pas tellement nécessaire de la donner. » Qu’est-ce qui résonne avec aujourd’hui dans « Der Freischütz » ?

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Musiques

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs