France, Allemagne, Pays-Bas: comment évolue la pandémie dans les pays voisins

France, Allemagne, Pays-Bas: comment évolue la pandémie dans les pays voisins

En France, le nombre total de malades du covid accueillis à l’hôpital ne cesse de progresser, à 29.907 lundi, dont plus de 5.400 en service de réanimation, bien au-dessus du pic de la 2e vague (4.900 mi novembre) et de moins en moins loin de celui de la première vague (7.000 en avril 2020). «Il est possible qu’on s’en approche», a reconnu lundi le ministre de la Santé, Olivier Véran, tout en assurant que la capacité était désormais portée à «8.000 lits de réanimation armés».

«Les services ne sont pas débordés, l’hôpital s’adapte», mais «il y a des déprogrammations de plus en plus importantes qui permettent de libérer du personnel pour l’affecter à la prise en charge des patients covid», a souligné sur Cnews le président de la Fédération hospitalière de France, Frédéric Valletoux.

La circulation de l’épidémie semble avoir stoppé sa progression à un niveau élevé en Ile-de-France ou dans les Hauts-de-France. Mais au-delà de ces deux régions où des mesures avaient été renforcées le 20 mars, le virus a progressé partout en France. Selon les derniers chiffres, 73 départements dépassaient le seuil d’alerte maximale du taux d’incidence (250), contre 60 une semaine plus tôt.

Le ministre de la Santé avait tablé vendredi sur un pic de personnes contaminées d’ici «7 à 10 jours environ», avant un pic en réanimation deux semaines plus tard, soit la fin avril, quand les élèves du primaire reprendraient le chemin des classes.

Près de 1.000 clients de restaurants ouvrant illégalement ont été verbalisés à Paris depuis le 30 octobre, a indiqué mardi le ministère de l’Intérieur.

A Paris, a-t-on détaillé, «7.345 restaurants ont été contrôlés depuis le 30 octobre» et dans «ce cadre, 300 contraventions pour ouverture irrégulière ont été dressées et près de 1.000 clients ont été verbalisés».

Une vive polémique a enflammé durant le week-end les réseaux sociaux ainsi que la classe politique après la diffusion vendredi d’un reportage de M6 sur des dîners luxueux dans des restaurants clandestins de la capitale.

Pays-Bas

Pour la première fois depuis des semaines, le nombre de nouveaux cas de covid n’a pas augmenté aux Pays-Bas. Le nombre de contaminations détectées la semaine dernière est à peu près le même que la semaine précédente.

Selon de premiers chiffres, moins de 50.000 personnes ont reçu un résultat positif à leur dépistage du coronavirus la semaine dernière, ce qui est un peu moins que la semaine précédente. La stabilisation est toutefois peut-être due au week-end prolongé de Pâques.

Allemagne: réouvertures

Terrasses de café, de restaurant, cinémas et salles de sport rouvrent mardi dans l’Etat régional de Sarre, à contre-courant du reste de l’Allemagne où face à la troisième vague de covid certains appellent à un nouveau tour de vis.

Frontalière de la France et du Luxembourg, la Sarre est le premier Etat régional allemand à lever partiellement les restrictions : dorénavant cafés et restaurants, fermés depuis cinq mois, pourront accueillir leur clientèle en extérieur avec des règles strictes.

Cet assouplissement des restrictions alors qu’une troisième vague de contaminations touche l’Allemagne est loin de faire l’unanimité.

Plusieurs personnalités politiques réclament un confinement plus strict dans toute l’Allemagne alors que certaines régions comme Berlin, le Mecklembourg-Poméranie (nord-est) ou Hambourg ont pris des mesures encore plus contraignantes comme des couvre-feux partiels ou complets.

La chancelière Angela Merkel prône aussi la fermeté et a récemment critiqué certaines régions qui ne font pas assez, selon elle, pour endiguer l’épidémie.

Le dirigeant de la Rhénanie du Nord-Westphalie, région la plus peuplée du pays, Armin Laschet, réclame ainsi un confinement rapide et dur dans tout le pays pour une période transitoire «de deux à trois semaines» en attendant qu’une plus grande partie de la population soit vaccinée.

En Sarre, la levée partielle des restrictions ne restera autorisée que si le taux d’incidence sur 7 jours reste stable sous la barre des 100 pour 1.000 habitants.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous