Yves Van Laethem sur la baisse des contaminations: «On est sur la bonne voie mais le chemin est encore long»

Yves Van Laethem sur la baisse des contaminations: «On est sur la bonne voie mais le chemin est encore long»

Entre le 30 mars et le 5 avril, 3.592 nouvelles contaminations au Sars-CoV-2 ont été dépistées en moyenne par jour, en baisse de 25 % par rapport à la semaine précédente, selon les chiffres de l’Institut de santé publique Sciensano mis à jour vendredi matin. Depuis le début de la pandémie en Belgique, 913.057 cas d’infection au coronavirus ont été diagnostiqués.

Sur la même période, 39,4 personnes sont décédées par jour en moyenne des suites du virus (+47,6 %), portant le bilan à 23.348 morts depuis le début de la pandémie en Belgique.

« Nous avons une tendance positive depuis quelques jours qui se poursuit. Cela se manifeste par les contaminations et les hospitalisations qui sont en baisse. Mais il fait se rendre compte que le taux d’occupation dans le milieu hospitalier et surtout dans les soins intensifs augmente. On espère un ralentissement dans les semaines à venir. On est sur la bonne voie mais le chemin est encore long. Le défi maintenant est de ne pas rester sur un plateau mais d’induire une descente continue », a expliqué le porte-parole Yves Van Laethem.

La baisse du taux de contamination est présente dans toutes les régions du pays, a-t-il précisé. Par contre, un effet week-end et vacances de Pâques influence probablement cette baisse.

« Les patients s’accumulent dans les hôpitaux, on atteint 3.128 patients hospitalisés, dont 911 en soins intensifs. La proportion de patients en soins intensifs est encore en augmentation, car pratiquement un patient sur trois y est. Si la tendance se poursuit, nous pourrions atteindre les 1.000 patients en soins intensifs dans les 5 jours », a encore précisé l’expert, qui rappelle que « la pression reste importante dans les hôpitaux ». « 96 % des lits de soins intensifs sont actuellement occupés par des patients covid et non-covid ».

« Le nombre de décès augmente petit à petit plus rapidement, conséquence inévitable de l’augmentation des hospitalisations ces dernières semaines. Les décès sont le dernier paramètre a se modifier dans l’évolution d’une vague. Ces décès se manifestent dans toutes les tranches d’âges, mais surtout chez les 65 à 84 ans qui ne sont pas en maison de repos. »

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous