Accueil Société

Taxation kilométrique à Bruxelles: tous d’accord sur les désaccords

Les discussions techniques confirment l’étendue des oppositions au projet de taxe kilométrique intelligente. En guise de porte de sortie, Bruxelles va-t-elle expurger SmartMove de sa taxe ?

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Société Temps de lecture: 5 min

Le chemin du projet bruxellois SmartMove, qui prévoit un « tarif kilométrique intelligent » pour tous les véhicules particuliers et camionnettes circulant dans la capitale, promet d’être semé d’embûches, voire de mines. Dans la discrétion, la concertation interfédérale réclamée au lendemain de la présentation du projet en décembre 2020, se poursuit. Une première étape vient d’être franchie avec la remise d’un « rapport final » résumant le travail des techniciens des cabinets et administrations compétents. Et le moins que l’on puisse dire c’est que l’idée bruxelloise fait l’unanimité contre elle.

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

52 Commentaires

  • Posté par jean louis ropers, dimanche 11 avril 2021, 13:10

    Il y a plusieurs problèmes derrière tout ca insoluble depuis des décennies : la taxation sur le travail indécent qui force les employeurs à payer les salariés en grosses voitures de société et les droits d enregistrements énormes qui poussent les gens à rester dans leur maison même si l'emplacement n'est plus adapté par rapport à leur lieu de travail. A cela s ajoute la taxation sur le lieu de résidence qui renforce le tout . Tous les problèmes de mobilité découlent de ces trois problèmes fondamentaux en Belgique, ce qui engendre ces luttes entre niveaux de pouvoir , de niveau bac à sable : tu donnes une voiture de soc à tout le monde et bien je vais les empecher de les utiliser pour rentrer chez moi et na ta tronche ...

  • Posté par Antoine André, dimanche 11 avril 2021, 10:15

    je ne comprends pas comment on peut ne pas mentionner certains points comme le fait que dans la mesure du possible, on va choisir les heures moins chères pour circuler, ce qui va créer de fameux encombrements à ces heures, si on change les plages, les automobilistes changeront aussi. On supprime des taxes mais ceux qui auront acheté la veille de la mise en application en seront quand même pour leurs frais. Les navetteurs ne paient pas de contributions à Bruxelles qui reçoit une compensation importante, mais sans les navetteurs, les entreprises qui paient leurs taxes à Bruxelles devraient disparaître en grand nombre, les navetteurs apportent donc leur contribution indirectement à Bruxelles et pendant ce temps-là, les Bruxellois ne paieront pas de taxes pour circuler dans le pays. C'est évident que la voiture est un problème à Bruxelles et qu'on veut l'en éradiquer, mais quand on n'a comme système cher aux écolos que la taxation pour résoudre un problème, ça pose question

  • Posté par Charlier Etienne, samedi 10 avril 2021, 20:01

    A la vue de ce cirque Il est évidement que les bruxellois sont incapables de se gérer et il est plus que temps qu'une tutelle flamande wallonne s'organise pour gérer Bruxelles: 30Km/h, taxe kilométrique, suppression des parkings, achats de terres cultivables hors région, normes d'ondes pour la 5G... On sent tellement d'esprit moyenâgeux dans la politique bruxelloise : on dirait qu'ils rêvent d'une ville fortifiée ( le ring ferait les murailles) un péage aux portes de la ville, des bourgeois incapables de quitter la ville car on les a dissuadés de garder leur voiture, des serfs wallons pour cultiver les champs aux abords de la ville, ne parlons même pas de la limitation de la 5G pour empêcher la communication entre les habitants...

  • Posté par Kummert David, samedi 10 avril 2021, 21:34

    Une tutelle wallonne... Mais qu'est-ce qui faut pas entendre. Parce que la Wallonie est un exemple, maintenant ???

  • Posté par d dsti, samedi 10 avril 2021, 19:32

    Et pourtant, ce type de taxation au km est inéluctable pour tout le pays. Quand la moitié des véhicules seront électriques, ce sera la seule façon pour le gouvernement de récupérer les taxes perdues sur l'essence et le diesel. La Wallonie et la Flandre mènent un combat d'arrière garde.

Plus de commentaires

Aussi en Société

Prisons: un rapport pointe la dureté des cachots belges

Dans une étude fouillée, le Conseil central de surveillance pénitentiaire décrit les cellules de punition au sein des établissements pénitentiaires. Certaines sont loin des balises édictées par l’arrêté royal de 2019.

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs