Accueil Monde États-Unis

Pas de lien établi à ce stade entre thromboses et le vaccin de Johnson&Johnson

«Pour le moment, nous n’avons pas trouvé de lien de causalité avec la vaccination et nous continuons notre enquête et évaluation de ces cas», a indiqué l’Agence américaine des médicaments.

Temps de lecture: 2 min

Il n’a pas été établi de lien de causalité à ce stade entre la formation de caillots sanguins et l’injection du vaccin contre le Covid-19 de Johnson&Johnson, a déclaré vendredi l’Agence américaine des médicaments (FDA), en disant enquêter sur des cas aux Etats-Unis.

«La FDA est au courant d’informations aux Etats-Unis sur des événements thrombo-emboliques graves, parfois associés à une thrombopénie (bas niveaux de plaquettes dans le sang), qui se sont produits chez quelques individus après avoir reçu le vaccin contre le Covid-19 de Janssen», a déclaré le régulateur américain dans un communiqué à l’AFP, citant le nom de la filiale européenne de Johnson&Johnson.

«Pour le moment, nous n’avons pas trouvé de lien de causalité avec la vaccination et nous continuons notre enquête et évaluation de ces cas», a ajouté l’agence.

«Nous tiendrons le public informé lorsque nous en apprendrons plus», a-t-elle également assuré.

L’Agence européenne des médicaments (EMA) avait indiqué plus tôt vendredi enquêter sur des liens entre le vaccin de «JJ» et des cas de caillots sanguins.

Cas mortel

«Un cas est survenu lors d’un test clinique et trois sont survenus dans le cadre de la vaccination aux Etats-Unis. L’un d’entre eux a été mortel», avait ajouté l’EMA.

La FDA a déclaré être «au courant du communiqué de l’EMA», qui a pour «base» des informations que l’agence américaine lui a fournies, «reçues durant l’utilisation post-autorisation du vaccin contre le Covid-19 de Janssen» aux Etats-Unis.

Le vaccin unidose de Johnson&Johnson a été autorisé en urgence aux Etats-Unis fin février, après ceux à deux doses de Pfizer/BioNTech et de Moderna.

Le régulateur européen a lui aussi approuvé le vaccin Johnson&Johnson, et sa mise en oeuvre dans les pays de l’Union européenne doit commencer en avril.

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

7 Commentaires

  • Posté par Vdrme Marc, samedi 10 avril 2021, 13:00

    Extrait de https://fr.wikipedia.org/wiki/Vaccin_contre_la_Covid-19 L'institut Jenner de l'université d'Oxford développe un vaccin candidat, nom de code ChAdOx1 nCoV-19 (AZD1222). Ce vaccin est basé sur un vecteur adénovirus simien (chimpanzé) génétiquement modifié pour contenir la protéine S. Un contrat de fabrication est signé avec Advent189,190. Il a annoncé son intention de commencer les essais sur les animaux en mars 2020 et les essais sur la sécurité humaine le mois suivant191. Le vaccin est testé au Royaume-Uni, au Kenya192 et en Afrique du Sud193, dans des lieux tenus secrets194. Début juillet 2020, des essais de provocation immunitaire, tant sur le modèle animal (singes macaques) que pour certains essais humains à un stade précoce (visant à tester la sécurité de vaccins), suggèrent qu'un candidat-vaccin mis au point par l'université d'Oxford permettrait d'éviter l'infection pulmonaire (et donc la pneumonie induite), mais sans bloquer l'infection ailleurs dans le corps (y compris dans les fosses nasales où la charge virale reste aussi élevée que chez les individus non-vaccinés et exposés au virus)195. Un tel vaccin anti-Covid-19 réduirait la sévérité des symptômes chez les personnes vaccinées, mais pas la propagation du virus196. L'étude portant sur 1 077 personnes a permis d’obtenir une réponse immunitaire avec la production de lymphocytes T et d'anticorps ciblant la protéine Spike qui permet au virus d'infecter les cellules197. Quelques effets secondaires (fièvre et maux de tête) ont toutefois été relevés. AstraZeneca et l'université d'Oxford lancent l'étude phase III en août 2020174. Ce vaccin AZD1222 entre en production pour une livraison à partir de fin octobre 2020. La survenue d'un cas sévère de réaction indésirable est signalée le 8 septembre 2020. Les détails de l'incident restent inconnus. Les essais sont interrompus, mais reprennent peu après enquête d'un groupe indépendant. Il convient de rester vigilant à cause du polysorbate 80, un excipient avec « une structure proche du PEG », dont le risque est un choc anaphylactique pour les personnes allergiques198. AstraZeneca et Oxford annoncent leur intention de produire un milliard de doses vaccinales, vendues à prix coûtant157,199,200. Le total des commandes reçues serait supérieur aux capacités de production du laboratoire201, alors que la décision d'autorisation serait rendue fin janvier 2021202. AstraZeneca, qui a connu des retards dans la livraison des vaccins aux pays européens selon un accord global passé avec l'UE, aurait par la suite négocié des contrats séparés avec quatre pays, pour les livrer en priorité, selon Euractiv203. Début mars 2021, il est rapporté que seulement 16 % à 25 % des doses livrées en France ont été administrées, en raison de questionnements sur son efficacité, sur ses effets secondaires et sur la logistique à mettre en place pour les médecins204,205,206. De ce fait, les pharmaciens d'officine sont invités à vacciner le public éligible (50-74 ans avec pathologies, 75 ans et plus, professionnels de santé majeurs)207. En mars 2021, le Danemark suspend son utilisation par mesure de précaution après le signalement de cas de formation de caillots sanguins208. L'Autriche, la Lettonie, l'Estonie et la Lituanie ont suspendu l'utilisation d'un lot qui a été distribué dans 17 pays. En Afrique du Sud, c'est sa moindre efficacité contre le variant local qui conduit à sa suspension209. Le 12 mars la Bulgarie décide d'arrêter son utilisation en attente d'information supplémentaire de la part de l' Agence Européenne du Médicament. Ce même jour la Thailande décide de retarder le début de sa campagne de vaccination. Le 15 mars, la France suspend l'usage du vaccin210. Un ministre français a laissé entendre que le président Emmanuel Macron avait pris la décision de suspendre la vaccination simplement parce que Berlin avait fait de même211. Le 18 mars 2021, l' Agence Européenne du Médicament publie un avis sur ce vaccin : elle considère que le bénéfice apporté est largement supérieur aux risques d'effets secondaires éventuellement liés à son administration. Elle recommande toutefois une mise à jour (update) des informations à destination des patients et du corps médical212. Le 19 mars 2021 la Haute Autorité de Santé française (HAS), dans un avis publié le même jour, donne des recommandations relatives à l'utilisation du vaccin AstraZeneca : à ce stade le vaccin ne doit être utilisé que pour les personnes âgées de 55 ans et plus ; dans l'attente de données suppplémentaires les vaccins à ARNm doivent être utilisés chez les personnes éligibles à la vaccination de moins de 55 ans213. La même information est reprise sur le site grand public info-service.fr dans son article covid-19 mis à jour le 19/03/2021214.

  • Posté par Delrez JEAN, samedi 10 avril 2021, 12:13

    Pas de liens établis. Oui . Rappelez vous AZ . Le lien n était pas établi non plus. On nous prend vraiment pour des imbéciles.

  • Posté par Staquet Jean-Marie, samedi 10 avril 2021, 12:23

    Mais oui mais proportionnellement, ce n'est pas beaucoup. C'est même dérisoire. C'est parce qu'on injecte beaucoup de doses en peu de temps qu'on le remarque. En temps normal, on n'en aurait même jamais parlé.

  • Posté par Raspe Eric, samedi 10 avril 2021, 10:45

    Quatrième vaccin dressé contre la protéine S du virus. Quatrième vaccin qui cause des thromboses atypiques. Cela commence à faire beaucoup. Ne serait-ce pas cette fameuse protéine S qui les cause, ces thromboses atypiques puisqu'elles apparaissent également chez les malades atteints de la maladie naturelle? Vu sous cet angle, les conséquences sur la stratégie vaccinale seront différentes. Il faudra comparer la prévalence de ces thromboses chez les malades à celle observée avec les quatre vaccins pour juger si la balance bénéfice risque est favorable. Et ne pas craindre son ombre et ne donner le vaccin qu'aux plus âgés.

  • Posté par Raspe Eric, samedi 10 avril 2021, 16:10

    Comme staquet ne comprend rien à rien à une démarche scientifique (la preuve : ses élucubration répétées sur mes revirements supposés à propos de l'HCQ), il a été incapable de comprendre la portée de mon commentaire. Celui-ci établit un point commun à l'ensemble des effets néfastes mais très rares de la vaccination mais aussi de la maladie. Il vise simplement à attirer l'attention sur les implications de l'hypothèse qui en découle. Il ne remet pas en question l'intérêt ni la sécurité des vaccins, au contraire. Il exhorte à ne pas jeter le bébé avec l'eau du bain. Mais à force de se regarder le nombril, staquet est devenu myope. A moins que son cerveau ne se soit dissous dans sa bile.

Plus de commentaires

Aussi en USA

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs