David Goffin avant le tournoi de Monte-Carlo : « C’est sur terre battue que je m’amuse le plus »

David Goffin
David Goffin - Photo News

Le Liégeois qui joue un peu à domicile « c’est sur ce site que je m’entraîne le plus sur une saison », retrouve surtout la terre battue, sa surface préférée. « C’est en tout cas la surface où je m’amuse le plus », détaille le Liégeois. « Celle où on peut trouver le plus de solutions et tenter le plus de choses. »

C’est pourquoi le n°1 belge a hâte d’en découdre, même si cette édition se jouera complètement à huis clos. « On a déjà la chance que ce tournoi ait lieu, alors qu’il avait été annulé l’an dernier. Oui, c’est un peu triste, ce Central face à la mer, avec deux grandes bâches au lieu des tribunes remplies habituelles. Mais c’est comme ça. D’un autre côté, nous joueurs, avons plus de place pour les entraînements, les commodités ou même simplement pour les déplacements. On peut même aller voir certains matches, à l’occasion… »

Mais l’objectif, c’est clairement de réussir une perf sur le Rocher, comme en 2017 (demi-finale) ou en 2018 (quart), même si d’emblée c’est le grand Marin Cilic (43e mondial, mais ex-n°3) qui se présente. « Ca s’annonce difficile car même si Marin n’est pas vraiment en confiance, ces derniers temps, ça reste un joueur d’exception. Capable d’envoyer du lourd en coup droit et des bombes en service… Mais bon, ce sera un duel intéressant. Je me suis bien préparé sur les spécificités de la terre battue, même si la période de transition a été assez courte. Mais je suis prêt, les sensations sont bonnes, et c’est vrai que j’ai quelques très bons souvenirs, ici… »

Etrangement, alors qu’il réside sur le Rocher, David Goffin a décidé de rejoindre l’hôtel officiel du tournoi. « Oui, les mesures sanitaires sont encore très stricts si on reste chez soi, ici. C’est pour quoi, avec ma petite équipe, on a opté pour l’hôtel. Au moins, ainsi, on intègre la bulle sanitaire de l’épreuve et tout est plus simple au niveau des entraînements, des déplacements vers le club, des repas ou des tests qu’on doit fournir tous les trois jours. »

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
  • Jimmy Connors au service, lors du tournoi de Roland-Garros, en 1980.

    Tennis: les Intervilles, ancêtres de la Super League

  • PHOTONEWS_10910421-055

    Par Yves Simon

    Tennis

    Dominic Thiem: «Je suis tombé dans un trou»

  • Premier succès en Masters 1000 pour Tsitsipas

    Par Eric Clovio

    ATP - WTA

    Monte-Carlo: Stefanos Tsitsipas conjugue le futur au présent

 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous