Accueil La vie en pause

Coronavirus – «La vie en pause, jour 395: le fermier»

Notre chronique hebdomadaire sur la nouvelle vie des Belges

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Culture Temps de lecture: 4 min

Vendredi il s’est passé un truc incroyable.

On avait besoin d’air, de légèreté, de douceur, de s’éloigner des thromboses atypiques et du sofagate, de voir des lapins, des fleurs, des arbres et des petits oiseaux. Direction : la campagne.

Le premier être humain qu’on croise est un chasseur. Treillis, ABL, fusil à deux coups sur l’épaule, il nous lâche un bonjour tranquille comme la conscience de mère Teresa – qu’elle repose en paix – tirant sur des pigeons en argile. On aurait dû rebrousser chemin. C’était un signe.

Il sort d’un champ attenant à une ferme immense, une ferme sombre et refermée sur elle-même, avec des murs comme des montagnes, d’énormes silos rouillés et des bâches fantomatiques secouées par le vent. Une ferme comme le motel de Norman Bates : flippante.

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

2 Commentaires

  • Posté par Poullet Albert, mercredi 14 avril 2021, 10:31

    la caricature du Fermier belge ! on est loin de la réalité

  • Posté par BAILLY Patrick, lundi 12 avril 2021, 8:45

    La chronique de Julie Huon, me fait bien rire en ces temps de confinement. De plus, fort bien écrit. Bravo.

Aussi en La vie en pause

Voir plus d'articles
La Une Le fil info Commentaires Partager

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs