Accueil Société

Le testing salivaire passe à la trappe à la rentrée scolaire

Un projet pilote avait été lancé en mars dans 60 établissements scolaires du pays. A terme, l’objectif était d’étendre le testing salivaire à l’ensemble des écoles fondamentales et secondaires. Les entités fédérées, en concertation avec Commissariat corona, en ont décidé autrement.

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Société Temps de lecture: 6 min

Une semaine après la fin du projet pilote de testing salivaire dans les écoles, l’heure est au bilan. Durant tout le mois de mars, les enseignants et membres du personnel éducatif issus de 20 écoles de la Fédération Wallonie-Bruxelles et 40 de Flandre ont pu bénéficier d’un test salivaire de façon hebdomadaire. En dépit d’un rapport concluant, les entités fédérées, en concertation avec le Commissariat corona, ont préféré abandonner l’idée. Il n’y aura donc pas de tests salivaires à la rentrée scolaire dans les écoles fondamentales et secondaires. Le Soir a pu se procurer l’entièreté de ce rapport intermédiaire remis aux autorités.

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

12 Commentaires

  • Posté par Trevisan Lucio, lundi 12 avril 2021, 13:16

    Voilà encore un exemple de la mainmise flamande sur les décisions fédérales : cela foire en Flandre donc ce n'est pas bon. Wallons et Bruxellois, rebellez-vous et appliquez ce test salivaire et rapide sans tenir compte de cet avis fédéral ! Si ces tests révèlent ne fut-ce qu'une partie des personnes contaminantes, c'est toujours cela de pris. Je reviens sur ce que j'ai déjà déclaré auparavant : l'université de Liège a déjà créé un test salivaire au mois d'août 2020, sauf erreur de ma part, testé sur les étudiants durant l'automne et utilisé en maison de repos par la suite. Cela fonctionnait. Mais le Ministre de la Santé a attendu que Monsieur Herman Goossens crée un autre test salivaire à l'Université d'Anvers au mois de mars 2021 pour envisager l'utilisation de ces tests salivaires. Herman Goossens, rappelons-le, est le président de la "task force" chargée de la politique de test en Belgique.

  • Posté par Oscar Pascal , lundi 12 avril 2021, 13:05

    Encore et encore et cela continue encore et encore, indispensable pour lutter contre la propagation du virus le diagnostic, diagnostiquer encore et toujours, pour cela les outils sont à dispositions, les tests salivaires, rapides, disponibles depuis plus de 7 mois, mis en place dès octobre 2020 à l'ULG, l'ULG a été prié d'arrêter alors que tous les étudiants, anonymement, pouvaient se faire dépister gratuitement avec les tests salivaires développés par cette même Université, l'hypothèse que je partage, les jeunes sans symptômes sachant qu'ils, elles étaient positives auraient pris les précautions, seul moyen efficace, les gestes barrières. Balayé alors que cela permettait et permets de diagnostiquer les supers contaminateurs qui s'ignoraient et qui s'ignorent. Et après cela, qui s'étonne qu'il n'y a plus d'adhésion de la population. Pas moi surtout lorsque l'on observe les résultats pays par pays. Des études sont faites avec 2 indicateurs, une ligne verticale ( résultats sanitaires décès par millions d'habitants ) et une ligne horizontale économique ( points de PIB perdus ). Regrettable et lamentable, la Belgique (enfin celles et ceux qui décident des mesures coercitives et brutales ) doit et devrait ne donner aucune leçon, il n'y a pas pire comme résultats. C'est à désespérer, un personnage exécrable comme le président brésilien peut nous donner des leçons !

  • Posté par WEERENS Alain, lundi 12 avril 2021, 11:04

    Rien compris aux soi-disant explications embrouillées pour laisser tomber le testing salivaire. Ca serait pourtant une bonne solution en complément aux autres types de testing. Aucune raison de ne pas en profiter ... N'oublions pas que les tests nasopharyngés à répétition peuvent être mauvais !!!!

  • Posté par de Lannoy Aline, lundi 12 avril 2021, 10:52

    Et en Angleterre, les auto-test se pratiquent en routine, sans problème. Leur population est vaccinée et déconfinée. Ou est l'erreur?

  • Posté par Lemaire Denis, lundi 12 avril 2021, 10:30

    Tout ça ressemble à un fameux raté

Plus de commentaires

Aussi en Société

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs