Coronavirus: pas de ruée sur les autotests lors de la première semaine de vente

B9726647534Z.1_20210405220506_000+GJOHTBDIG.1-0

La première semaine de vente en pharmacie des autotests Covid-19 s’est déroulée dans le calme, a fait savoir lundi Georges Verpraet, porte-parole de l’Association pharmaceutique belge (APB).

L’autotest, similaire au test rapide, ne nécessite pas l’intervention d’un membre du personnel médical.

Sa mise en vente dans les pharmacies le 6 avril n’a pas provoqué de ruée dans ces commerces, selon M. Verpraet. « L’offre et la demande sont accordés, ce qui signifie que chaque citoyen qui désire se procurer un autotest peut aujourd’hui le faire », indique-t-il.

L’Agence fédérale pour la sécurité de la chaîne alimentaire (Afsca) a approuvé la mise en vente de deux modèles. Seul celui développé par Roche est encore disponible en pharmacie, le modèle de Biosynex devant faire son retour « au courant du mois d’avril », selon Georges Verpraet.

Les personnes bénéficiant de l’intervention majorée (BIM) peuvent se procurer un autotest au prix d’un euro. Pour les autres, son prix est fixé entre sept et huit euros.

Sur le même sujet
Personnel médicalAfsca
 
 
À la Une du Soir.be
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous