Accueil Société

En visite dans un modèle de lieu public sans covid

A quoi ressemblent des locaux « covid safe » ? Sans doute aux centres de bien-être Aspria, qui a bénéficié des conseils du Pr Nathan Clumeck. Notamment au niveau de l’aération. Baladons-nous à l’intérieur…

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Economie Temps de lecture: 5 min

L’approche secteur par secteur qui a pu se justifier dans l’urgence du premier déconfinement montre aujourd’hui ses limites. Il y a aujourd’hui bien plus de différences entre les situations épidémiologiques au sein d’un même secteur qu’entre eux. Tant dans le secteur de l’horeca que dans le secteur culturel ou celui des métiers de contact, il est possible d’adapter les lieux et les protocoles de manière à permettre une réduction considérable des risques de transmission ». C’est ce qu’ont écrit Leila Belkhir, Nathan Clumeck et Marius Gilbert dans une carte blanche publiée par Le Soir ce lundi.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

1 Commentaire

  • Posté par EUROPRESS POLSKA SP. Z O.O. , mardi 13 avril 2021, 16:41

    Cet article est clairement une publicité pour Aspria. Ce n'est pas du journalisme. Si vous souhaitiez informer vos lecteurs sur les mesures prises dans le secteur du fitness, pourquoi ne pas faire faire référence à d'autres enseignes (Basic Fit, David LLoyd) pourtant nombreuses à Bruxelles et en Belgique? Je trouve cette publicité d'autant plus déplacée que je peux vous assurer en tant qu'ancienne membre d'Aspria que les prestations de ce club ne sont clairement pas à la hauteur des tarifs demandés, à savoir 250 EUR par mois pour accéder aux trois sites de Bruxelles. Avant la pandémie, il y avait régulièrement des pannes d'eau chaude sur les trois sites. Il était impossible de prendre une douche chaude après sa séance de sport. La direction était au courant de ces problèmes depuis des années et n'avait jamais rien fait. Il me semble par ailleurs d'autant plus dangereux de vanter les mesures prises par le club Arts-Loi alors même que la salle principale avec tous les appareils (photo d'illustration) se trouve au sous-sol sans AUCUNE ouverture vers l'extérieur. J'espère que vous aurez l'honnêteté de publier mon commentaire. Cordialement, Une ancienne membre (mécontente) d'Aspria

Aussi en Société

Un nouveau code pénal présenté avant cet été, mais sans le féminicide

Le ministre de la Justice annonce vouloir passer la réforme du code pénal en première lecture avant l’été. Si celui-ci, vieux de plus de 150 ans, doit être dépoussiéré et mieux organisé, ses auteurs estiment qu’il faut être prudents avec la notion de féminicide, que certains souhaitent y intégrer.

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs