Accueil Économie Entrepreneuriat

La Banque nationale de Belgique attaquée en justice pour atteinte au climat

L’ONG ClientEarth traîne la Banque nationale devant la justice pour sa participation au programme de rachats d’obligations d’entreprise piloté par la Banque centrale européenne.

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Economie Temps de lecture: 3 min

L’ONG ClientEarth a entamé ce mardi une action en justice contre la Banque nationale de Belgique (BNB) pour sa participation au programme de rachat de titres financiers mené par la Banque centrale européenne (BCE) depuis le printemps 2015.

Cette politique dite d’assouplissement quantitatif porte, pour l’essentiel, sur des titres souverains. Mais une part est également affectée à des rachats d’obligations émises par des (grandes) entreprises. De sorte que l’Eurosystème, qui réunit la BCE et les banques centrales nationales, détient aujourd’hui des obligations d’entreprise pour un montant total de 268 milliards d’euros.

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

10 Commentaires

  • Posté par Simons François-Xavier, mardi 13 avril 2021, 20:15

    Bien joué ! Ces achats par la BNB contribuent à conserver des taux d'intérêts bas.

  • Posté par Ranwez Robert, mardi 13 avril 2021, 16:16

    Alain Chalet a raison (mais il a oublié leur phantasme/bêtise nucléaire. D'autre part, tout n'est pas permis aux ONG. Il faudra voir comment un juge verra l'affaire. Les passionaria de l'écologie devront trinquer.

  • Posté par Chalet Alain, mardi 13 avril 2021, 14:50

    Formisani Serge et Linard Robert sont sans doute dans l'erreur. Mais il faut reconnaître que les politiques "climatiques" des écolos sont souvent absurdes, coûteuses et même nuisibles, pour être au total fort peu efficaces. Et les enragés pro-climat qui manifestent ou mènent des actions grotesques ne nous aident pas non plus. Heureusement, le monde politique bouge et prend petit à petit conscience de l'ampleur de la menace. Et ce sont souvent de grandes entreprises qui font les choix les plus judicieux et les plus efficaces, même si leur motivation est en partie commerciale.

  • Posté par Lechat Nadine, mardi 13 avril 2021, 15:44

    Même si toute initiative individuelle est louable et doit être soutenue, il ne faut pas se voiler la face, le réchauffement climatique est causé essentiellement par les émissions de quelques pays (Chine, USA notamment) et de quelques très grosses entreprises et secteurs (soutien à l’énergie fossile, textile, agriculture intensive, chimie, automobile). Dans ce contexte, l’argent est comme toujours le nerf de la guerre, et la répartition des investissements pour soutenir de nouvelles initiatives durables, ou au contraire maintenir le statut quo en subsidiant les secteurs polluants a un impact majeur sur l’évolution des émissions de gaz à effet de serre. C’est donc une question fondamentale et il est normal d’exiger que les banques nationales (et donc les états) soutiennent les efforts vers la transition.

  • Posté par Formisani Serge, mardi 13 avril 2021, 10:54

    Lorsqu'on considère les affirmations du Giec comme une bible de la climatologie, il ne faut pas s'étonner que les khmers verts accaparent le pouvoir lentement et nous conduiront à notre perte.

Plus de commentaires

Aussi en Entrepreneuriat

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs