Immobilier: voici les communes les moins chères en Ardenne (carte)

La Fédération du Notariat (Fednot) lance un nouveau baromètre immobilier, le baromètre de l’Ardenne. Depuis plusieurs années, la région connaît un intérêt croissant pour les secondes résidences. Le coronavirus a accéléré le phénomène. L’activité immobilière a augmenté de + 5,3 % dans la région, alors qu’au niveau de l’ensemble du pays, l’activité immobilière a chuté de –2,7%, rapporte la Fednot.

Disparité des prix

Le prix moyen d’une maison a augmenté de +10,8% dans la région en 2020 alors que l’augmentation était de +5,7% au niveau national. Une maison en Ardenne coûte en moyenne 174.245 euros, soit plus de 30.000 euros de moins que le prix moyen d’une maison en Wallonie qui est de 208.642 euros.

La différence entre les communes est cependant très grande rapporte la Fednot. Viroinval et Hastières ont par exemple le prix moyen le plus bas, respectivement de 108.086 euros et de 110.596 euros, car elles ont sur leur territoire des campings avec des caravanes et chalets résidentiels qui font diminuer le prix moyen. En 2019, aucune des communes en Ardenne n’avait un prix moyen supérieur à 200.000 euros. En 2020, six communes ont dépassé ce seuil : Durbuy, Erezée, Gouvy, Trois-Ponts, La-Roche-en-Ardenne et Houffalize.

Des acheteurs flamands

Dans certaines communes, plus d’un tiers des acheteurs est flamand. Ainsi, à Rendeux le chiffre monte à 43,8 %. Par rapport à 2016, 5 communes ont vu leur pourcentage d’acheteurs habitant en Flandre augmenter considérablement: Rendeux (+12,8%), Rochefort (+8%), Durbuy (+7,1%), Manhay (+6,2%) et Vielsalm (+5,8%).

>> Immobilier: découvrez la nouvelle newsletter de la rédaction

 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. En une mi-temps, De Bruyne a enflammé les fans belges et calmé les supporters danois.

    Danemark - Belgique: De Bruyne a rallumé la lumière

  2. d-20210602-GN03AV 2021-06-02 21_36_17

    Signes convictionnels à la Stib: un compromis politique qui ne fait pas que des gagnants

  3. Image=d-20210617-GN8FEQ_high

    Voyages: le test PCR, ce trésor wallon (presque) introuvable

La chronique
  • La chronique «Enjeux» sur la menace extrémiste: le mieux n’est jamais certain

    Dorothy Thompson était correspondante du New York Post à Berlin dans les années 1930. Elle fut aussi la première journaliste américaine expulsée par le régime nazi, en août 1934, car elle n’avait aucune illusion sur les intentions d’Adolf Hitler, alors que d’autres prônaient l’apaisement et l’accommodement. Son jugement des accords de Munich en 1938 fut sans appel : « ceux qui, parmi nous, connaissent le sort que les autorités nazies réservent aux minorités savent que cet accord débouchera ouvertement sur l’établissement du règne de la terreur, écrivait-elle le 2 octobre 1938 dans le New York Herald Tribune. Cette paix a été fondée sur l’illégalité et elle ne pourra se maintenir que par l’illégalité. Elle a été fondée sur la dictature et elle ne pourra se maintenir que par la dictature. Elle a été fondée sur la trahison et elle ne pourra se maintenir que par la trahison ».

    Une prédisposition à l’inhumanité

    En août 1941, elle publiait dans Harper’s Magazine une...

    Lire la suite

  • Tout ça pour sauver le soldat bruxellois…

    Et donc, le gouvernement bruxellois est toujours vivant… Le port de signes convictionnels à la Stib – le port du voile pour ne pas le nommer – ne l’aura pas fait tomber. Ce qui en sort ? Une neutralité dite exclusive, tricotée « sur mesure », uniquement pour aboutir au compromis politique susceptible de garder Défi à bord et de sauver dans la foulée l’exécutif bruxellois. Les patrons bruxellois du PS, d’Écolo et de Défi ont construit la paix, mais elle repose sur du sable et est assortie d’un vilain prix....

    Lire la suite