Johnson & Johnson «retarde le déploiement» de son vaccin en Europe après la «pause» aux USA

Johnson & Johnson «retarde le déploiement» de son vaccin en Europe après la «pause» aux USA
Reuters

La firme Johnson & Johnson annonce mardi « retarder le déploiement » de son vaccin contre le coronavirus en Europe après la pause préconisée par les autorités sanitaires américaines. Celles-ci ont recommandé une pause dans l’administration du sérum afin d’enquêter sur l’apparition de cas graves de caillots sanguins chez plusieurs personnes aux États-Unis.

Une personne est morte d’une thrombose sanguine et une autre se trouve dans un état critique aux Etats-Unis après avoir reçu le vaccin Johnson & Johnson contre le Covid-19, a annoncé mardi un responsable de l’Agence américaine des médicaments (FDA).

Au total, six personnes âgées de 18 à 48 ans ont présenté, 6 à 13 jours après l’injection, des symptômes de thrombose cérébrale, conjugués avec une chute de leur niveau de plaquettes sanguines. « Un cas s’est révélé mortel et un patient se trouve dans un état critique », a déclaré Peter Marks, de la FDA.

Dans un communiqué, le groupe pharmaceutique assure que « la sécurité et le bien-être des personnes qui utilisent (ses) produits est » sa « priorité numéro un » et souligne « être au courant d’un trouble extrêmement rare impliquant des personnes ayant développé des caillots sanguins en association avec des bas niveaux de plaquettes dans le sang », après avoir reçu le vaccin. Les Centres américains de lutte et de prévention des maladies (CDC), principale agence fédérale de santé publique du pays et l’Agence américaine des médicaments (FDA), enquêtent sur six cas, pour un total de 6,8 millions de doses administrées dans le pays. Par précaution, les deux autorités sanitaires ont recommandé une pause dans l’administration du sérum.

Johnson & Johnson indique examiner ces cas avec les autorités sanitaires européennes et explique avoir « pris la décision de manière proactive de retarder le déploiement du vaccin en Europe ».

Le 11 mars dernier, le vaccin de Johnson Johnson a reçu le feu vert de l’agence européenne des médicaments (EMA) en tant que quatrième vaccin pour lutter contre le coronavirus. La Belgique a reçu ses premières doses hier/lundi.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous